La bourse est fermée

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : le coût du renoncement

Notre-Dame-des-Landes

Au lendemain de l’annonce officielle du renoncement au projet d’aéroport, se pose la question du coût de cette décision.

Après 50 ans d’hésitations, la décision est enfin tombée. L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne sera pas construit. Sauf que l’histoire ne s’arrête pas si facilement. Car en 2010, le groupe Vinci avait remporté l’appel d’offres pour la construction et l’exploitation de l’aéroport durant 55 ans.

A LIRE AUSSI>> NDDL : 50 ans d’hésitations

Désormais, l’Etat va devoir indemniser le groupe de BTP. Le groupe de médiateurs évaluait le montant de cette indemnisation à 350 millions d’euros, quand les opposants à l’aéroport évoquent une fourchette de 150 à 200 millions d’euros.

Négocier avec Vinci

“Les 350 millions (…) n’ont aucune base légale a-t-il affirmé sur BFMTV. Il y aura une discussion avec Vinci qui a un contrat et nous trouverons une solution avec Vinci dans le respect du droit”. Il est peu probable que l’Etat verse l’intégralité de la somme, des facilités concernant des contrats ou des prolongements de concession d’aéroport par exemple pourraient venir alléger la facture.

A cette somme à verser à Vinci s’ajoute également l’indemnisation de 6 collectivités locales, qui ont déjà versé 31 millions d’euros dans l’achat des terrains de l’aéroport et sa desserte.

Une cagnotte secrète

La décision d’Edouard Philippe d’aménager l’aéroport existant de Nantes-Atlantique, et l’agrandissement de la piste, va entraîner la fermeture de celle-ci durant les travaux, entre 3 et 6 mois. Coût estimé : entre 415 et 545 millions d’euros, toujours selon le rapport des médiateurs.

Une somme qui pourrait en partie être couverte par la cagnotte secrète des compagnies aériennes, révélée par Libération. Selon le quotidien, depuis sept ans, les taxes et redevances payées par les compagnies aériennes qui décollent et atterrissent à Nantes-Atlantique ont été augmentées afin de constituer une “cagnotte” pour financer la construction de la plateforme de Notre-Dame-des-Landes. Montant de cette cagnotte : 100 millions d’euros. De quoi alléger un peu la facture des travaux.

A tous ces coûts, s’ajoutent ceux de la mobilisation des forces de l’ordre, pour l’évacuation prévue à  partir du 30 mars, et ceux liés à l’évacuation ratée de la zad, en 2012.

L’aéroport aurait coûté au moins 560 millions d’euros

La construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes aurait également coûté cher aux finances publiques : selon les chiffres fournis par Vinci en 2010, l’aéroport aurait coûté 560 millions d’euros, dont plus de 250 millions à la charge de l’État et des collectivités locales.

Un chiffre bien plus élevé de 992 millions a été avancé par la suite, afin que NDDL accueille non pas quatre mais neuf millions de passagers par an. Les opposants affirmaient que le projet aurait coûté 1,5 milliard au total, en incluant l’aménagement des routes et du tram pour la desserte du site.

A LIRE AUSSI>> NDDL : les expulsions commenceront le 30 mars