La bourse est fermée

Comment ADP s'organise avec 65% de passagers en moins à l'aéroport de Roissy

1 / 2

Comment ADP s'organise avec 65% de passagers en moins à l'aéroport de Roissy

A l'image des compagnies aériennes, les opérateurs d'aéroports sont particulièrement touchés par les conséquences de l'épidémie de coronavirus. La chute d'activité est impressionnante.

"Hier nous avions 65% de passagers en moins à Charles de Gaulle et 75% de passagers en moins à Orly, donc c'est une baisse extrêmement brutale, extrêmement massive", détaille Edward Arkwright, directeur général d'Aéroports de Paris (ADP), qui était invité sur BFM Business ce jeudi.

Pour limiter la casse, ADP s'est tout simplement mis en économie de guerre, avec un plan articulé en trois mesures. "Notre priorité de l'instant c'est la continuité de l'activité, c'est à dire qu'on a encore des avions, encore des passagers, des Français qui veulent revenir en France, et donc notre préoccupation c'est de faire fonctionner nos aéroports dans la sécurité et la sûreté des passagers".

"Ensuite, il faut qu'on s'adapte économiquement. On a lancé trois mesures: la première c'est de réduire, de fermer nos infrastructures. (...) On a déjà fermé Orly 2 c'était mercredi soir, on va fermer trois infrastructures à Charles de Gaulle (...) et nous continuerons évidemment à ajuster nos infrastructures à la réalité du trafic", explique Edward Arkwright.

"Ensuite, il faut qu'on soit solidaire vis-à-vis des compagnies aériennes et vis-à-vis des partenaires. Donc cette solidarité, ça veut dire qu'un avion immobilisé ne paye plus de frais de stationnement,...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi