Marchés français ouverture 6 h 23 min
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,67 (+0,23 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,04 (-0,50 %)
     
  • Nikkei 225

    28 206,12
    +30,25 (+0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0165
    -0,0023 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    20 201,94
    +27,94 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    22 869,98
    +47,45 (+0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    541,53
    +6,30 (+1,18 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     

Adhésion de l’Ukraine : “Bruxelles néglige et humilie les pays des Balkans”

Photo : VALENTYN OGIRENKO / REUTERS

Si la candidature de l’Ukraine et de la Moldavie à l’adhésion à l’Union européenne n’est pas contestée, la nouvelle politique d’élargissement de l’UE fait l’objet de réserves dans les Balkans occidentaux.

Car la majorité des pays de la région sont d’ores et déjà candidats, à des stades plus ou moins avancées de la procédure. Les candidatures de la Serbie, du Monténégro, de la Macédoine du Nord et de l’Albanie sont officiellement reconnues et des procédures d’adhésion sont en cours, parfois bloqués par des pays membres pour divers différends historiques et culturels (comme pour la Bulgarie et la Macédoine du Nord). La Bosnie-Herzégovine a déposé une candidature qui n’est pas encore reconnue par l’Union, et le Kosovo a la statut de “candidat potentiel” sans avoir encore déposé de candidature.

La Croatie et la Slovénie, seuls pays de la région ayant jusqu’ici intégré l’Union européenne, plaident pour leurs voisins. “Nous comprenons les raisons politiques pour donner le feu vert à l’Ukraine et à la Moldavie, mais en soutenant uniquement ces deux pays, l’Union a négligé et humilié les pays des Balkans occidentaux, notamment la Bosnie-Herzégovine, qui fut également le théâtre d’une guerre [entre 1992 et 1995]”, a estimé l’ancienne Première ministre croate Jadranka Kosor, citée par la chaîne régionale N1. En 2009, Kosor avait contribué à débloquer les négociations d’adhésion de la Croatie, suspendues par des litiges avec la Slovénie.

Le président croate, Zoran Milanovic, a été encore plus clair : “La Croatie ne permettra pas que soit oubliée la candidature de la Bosnie-Herzégovine. Ne pas lui donner le statut de candidat à l’adhésion revient à ne pas considérer ce pays comme un État. Il n’y a pas de guerre ou de problèmes territoriaux [en Bosnie-Herzégovine]”, a souligné Milanovic, cité par le site de Radio Sarajevo.

“Les Balkans méritent un traitement similaire”

La Slovénie agit elle aussi. La ministre des Affaires étrangères, Tanja Fajon, a proposé le 20 juin un document réclamant l’attribution urgente du statut de candidat à la Bosnie-Herzégovine. Selon le document, qui sera présenté au sommet de Bruxelles, Sarajevo doit mettre en œuvre trois réformes en échange du statut de candidat, avant même d’ouvrir les négociations d’adhésion : celle de son système judiciaire, une autre sur la prévention des conflits d’intérêts et une dernière sur la régulation des marchés publics, rapporte N1.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles