La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 225,61
    -458,13 (-1,54 %)
     
  • Nasdaq

    10 737,51
    -314,13 (-2,84 %)
     
  • Nikkei 225

    26 422,05
    +248,07 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    0,9822
    +0,0083 (+0,85 %)
     
  • HANG SENG

    17 165,87
    -85,01 (-0,49 %)
     
  • BTC-EUR

    19 838,88
    -202,16 (-1,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    444,40
    -1,58 (-0,35 %)
     
  • S&P 500

    3 640,47
    -78,57 (-2,11 %)
     

Qui est Adèle Van Reeth, la nouvelle femme forte de France Inter?

©Aglaé Bory/SP

Curieuse, combative... casse-cou? Pur produit de la fameuse Maison Ronde, l'ex-productrice et animatrice des Chemins de la philosophie sur France Culture, fait sa rentrée comme nouvelle patronne de France Inter, la première radio de France. Un job casse-gueule dans un climat tendu pour l'audiovisuel public. Portrait.

Y a-t-elle songé, ce 29 août? Dans La Vie ordinaire, essai très intime paru en 2020, Adèle Van Reeth le décrète sans détour: "Il n’est pas indispensable d’avoir fait l’expérience d’une chose pour pouvoir la penser. Mais ce que l’on vit modèle en retour la réflexion." En ce lundi de rentrée médiatique, la productrice des Chemins de la philosophie sur France Culture faisait ses premiers pas comme . Patronne, à 39 ans et sans aucune expérience de direction, de la première radio de France: 7 millions d’auditeurs et 14,5% de parts d’audience.

Le soir, lors de la grand-messe du groupe, avec les autres patrons d’antenne et , PDG, elle a présenté sa première grille de programmes, conçue avec Laurence Bloch, la directrice sortante – sur la plus haute marche du podium.

Volonté de "changements"

Zéro big bang au programme. Surtout pas dans la matinale, si stratégique en termes d’audience: maintien du duo Léa Salamé et Nicolas Demorand, transfert du chroniqueur politique Thomas Legrand au samedi soir, reprise du billet culturel d’, parti sans crier gare, par Rebecca Manzoni, un talent maison. Le sport sera désormais à l’affiche le dimanche soir, gros pari face aux concurrents. Pas de mercato ni de grosse prise médiatique, si ce n’est Matthieu Noël, venu d’Europe 1, en pleine déconfiture et , pour remplacer Charline Vanhoenacker, tête d’affiche dont l’humour et l’art consommé pour tacler les ministres en direct agaceraient l’Elysée. L’humoriste belge conserve un billet hebdomadaire et son émission l’après-midi.

Pas de quoi faire de vagues en interne – comme en 2021 quand la station, taxée trop à gauche par la droite et l’extrême droite, avait bombardé à l’antenne une brochette plus ou moins expérimentée d’éditorialistes bigarrés: Cécile Duflot (Oxfam), Natacha Polony (Marianne), Etienne Gernelle (Le Point)… Comme pour prouver sa vertu en année électorale. Pas de quoi imprimer sa marque, non plus. Dans les couloirs, il se murmure que les vrais mouvements auront lieu en janvier.[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi