Publicité
Marchés français ouverture 3 h 19 min
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,28 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 106,41
    -708,15 (-1,82 %)
     
  • EUR/USD

    1,0707
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    18 021,25
    +79,47 (+0,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 866,64
    +142,40 (+0,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 405,85
    -12,02 (-0,85 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     

Adèle Exarchopoulos dénonce l’interdiction de l’abaya : "C’est presque risible"

Adèle Exarchopoulos était l’invitée de "Clique" en début de semaine. L’actrice est revenue sur l’interdiction du port de l’abaya à l’école, qu’elle juge "islamophobe".

© OLIVIER BORDE / BESTIMAGE

C’est l’un des sujets de débat de cette rentrée 2023 : l’interdiction de l’abaya dans les établissements scolaires. Invitée dans la première émission « Clique » de la saison, ce lundi 4 septembre, Adèle Exarchopoulos s’est exprimée sur le sujet.

« C’est l’hypocrisie française »

L’actrice, qui sera à l’affiche du film « Un métier si sérieux » le 13 septembre prochain, considère que l ’abaya est « un non-sujet complètement hypocrite ». Elle insiste en ajoutant : « C'est l'hypocrisie française et profondément islamophobe. Ça en devient presque risible tellement c'est choquant. »

Face aux dernières annonces du gouvernement, la jeune femme semble « attristée ». « Surtout, ce que je trouve triste, c'est que ça divise les gens. Ça fait en sorte que toute une génération va se construire dans le rejet et l'absurdité. C'est pour nous abrutir et nous diviser plutôt que de se pencher sur des sujets profonds et humains ! », déclare-t-elle.

L’abaya, un sujet qui divise

Ce lundi 4 septembre, Emmanuel Macron était interrogé par Hugo Décrypte sur cette nouvelle interdiction notamment. Le président de la République a alors déclaré : « De la maternelle jusqu’au baccalauréat, l’école est laïque et il n’y a pas de place pour le signe religieux. » Il poursuit en expliquant : « C’est un choix qui convie quelque chose, qui dit "moi je suis différent et je viens à l’école comme ça". » Pour le chef d’État,...

PUBLICITÉ

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

VIDÉO - La Minute d'Adèle Exarchopoulos