La bourse ferme dans 3 h 38 min
  • CAC 40

    6 553,14
    +24,82 (+0,38 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 769,57
    +13,51 (+0,36 %)
     
  • Dow Jones

    33 980,32
    -171,69 (-0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,0180
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • Gold future

    1 784,80
    +8,10 (+0,46 %)
     
  • BTC-EUR

    23 104,19
    -421,62 (-1,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    559,33
    -13,49 (-2,35 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,22
    +1,11 (+1,26 %)
     
  • DAX

    13 723,75
    +97,04 (+0,71 %)
     
  • FTSE 100

    7 521,72
    +5,97 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    12 938,12
    -164,43 (-1,25 %)
     
  • S&P 500

    4 274,04
    -31,16 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 942,14
    -280,63 (-0,96 %)
     
  • HANG SENG

    19 763,91
    -158,54 (-0,80 %)
     
  • GBP/USD

    1,2061
    +0,0010 (+0,08 %)
     

Activision Blizzard, en cours de rachat par Microsoft, voit ses ventes de consoles et PC chuter

Activision Blizzard, l'éditeur américain de jeux vidéo en passe d'être racheté par Microsoft, a enregistré des revenus et des profits en chute libre au deuxième trimestre, mais meilleurs qu'attendu par Wall Street dans le contexte de la crise économique. Le groupe de Santa Monica (Californie) a réalisé 1,6 milliard de dollars de chiffre d'affaires, en baisse de 28 % sur un an. C'est le troisième trimestre de suite que ses revenus déclinent, et l'entreprise a précisé dans un communiqué que cette tendance allait persister pendant la deuxième moitié de l'année. Son bénéfice net est ressorti à 280 millions de dollars, une fraction des 876 millions du deuxième trimestre 2021.

Ses ventes ont diminué de moitié sur console et sur PC, mais ont légèrement progressé sur mobile, de 5 %, à 831 millions de dollars, notamment grâce à Candy Crush. Activision Blizzard mentionne que les joueurs ont passé moins de temps sur Call of Duty, une de ses franchises à succès. L'entreprise espère que la sortie d'un nouvel opus en octobre va relancer l'intérêt pour le jeu de tir. Ces résultats ont laissé le marché impassible, car les analystes s'attendaient à des recettes plus faibles. "Malgré un environnement économique difficile, et alors que tellement d'entreprises annoncent un gel des embauches et des licenciements, nos équipes de développement ont cru de 25 % sur un an", s'est félicité Bobby Kotick, le patron de la société, cité dans le communiqué. Il a rappelé les acquisitions récentes de Proletariat, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le rationnement du gaz en Europe risque d’être durable, les énergies renouvelables pourraient en profiter
Uber affiche toujours une lourde perte malgré un chiffre d'affaires en hausse
Tesla plombé par la Chine, plongeon en vue ? Le conseil Bourse
Lidl et Carrefour attirent encore de nouveaux clients
Tensions Chine - États-Unis autour de Taïwan : la Bourse de Paris sous pression

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles