La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 427,37
    +197,03 (+0,58 %)
     
  • Nasdaq

    13 549,22
    -33,21 (-0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    29 331,37
    +518,77 (+1,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,2064
    +0,0055 (+0,46 %)
     
  • HANG SENG

    28 637,46
    +219,46 (+0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    46 233,77
    -1 542,11 (-3,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 447,57
    -23,85 (-1,62 %)
     
  • S&P 500

    4 182,24
    +14,65 (+0,35 %)
     

Les actions européennes au plus haut, le dollar à la peine

·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse et les Bourses européennes progressent à mi-séance jeudi, le sentiment de marché restant favorable aux actifs risqués grâce aux débuts encourageants de la saison des résultats des deux côtés de l'Atlantique et aux espoirs placés dans la reprise économique.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,48% pour le Dow Jones, de 0,47% pour le Standard & Poor's 500 et de 0,65% pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,3% à 6.227,07 points vers 11h05 GMT après un nouveau pic de plus de 20 ans à 6.229,63. A Londres, le FTSE 100 prend 0,53% et à Francfort, le Dax avance de 0,3%.

L'indice EuroStoxx 50 progresse de 0,33%, le FTSEurofirst 300 de 0,38% et le Stoxx 600 de 0,36%. Ce dernier, en hausse pour la troisième séance d'affilée, a inscrit un record à 438,57 points.

La séance s'annonce animée à Wall Street avec une nouvelle série d'indicateurs économiques, sur les ventes au détail et les inscriptions au chômage entre autres, et une nouvelle salve de résultats dans le secteur financier.

La tonalité générale des premières publications des sociétés cotées est positive, ce qui favorise l'appétit pour le risque, d'autant que les dernières déclarations de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, ont rassuré sur les perspectives d'évolution de la politique monétaire.

Ces deux facteurs occultent pour l'instant les préoccupations liées à la situation sanitaire et aux difficultés des campagnes de vaccination dans certains pays.

VALEURS EN EUROPE

La hausse des cours des métaux de base (+1% pour l'aluminium, +0,9% pour le cuivre) favorise le secteur européen des matières premières, dont l'indice Stoxx progresse de 1%.

Celui des transports et des loisirs est pratiquement inchangé à mi-séance (-0,06%) mais il a inscrit un plus haut historique en tout début de matinée.

Dans l'actualité des résultats, Publicis gagne 3,65%, la meilleure performance du CAC 40, après avoir renoué avec la croissance au premier trimestre grâce à la reprise de l'activité aux Etats-Unis et en Asie et au développement des activités numériques.

Autre vedette du jour, le géant suisse des équipements industriels ABB, en hausse de 3,11%, évolue au plus haut depuis 2008 après avoir revu à la hausse sa prévision de croissance du chiffre d'affaires annuel.

A Francfort, le groupe immobilier Deutsche Wohnen prend 2,53% après la décision de la Cour constitutionnelle allemande invalidant le plafonnement des loyers à Berlin.

En tête du Stoxx 600, le brasseur AB InBev (+4,11%) profite du relèvement du conseil de Barclays à "surpondérer".

TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans, à 1,6165%, est reparti à la baisse et affiche de nouveau un recul de 15 points de base par rapport à son pic du 23 mars (1,776%).

Les rendements de référence européens reculent plus légèrement, à -0,272% pour le Bund allemand à dix ans, qui a touché en début de séance un plus haut de près d'un mois à -0,249%, avant d'importantes adjudications.

CHANGES

Le recul des rendements des bons du Trésor américain freine une nouvelle fois le dollar, tombé au plus bas depuis quatre semaines face aux autres grandes devises (+0,02%).

"Depuis le début du mois d'avril, l'engagement de la Réserve fédérale à poursuivre ses politiques accommodantes a commencé à trouver un écho auprès des investisseurs", commente Ricardo Evangelista, analyste senior d'ActivTrades. "Comme la Fed ne bouge pas, considérant la hausse des prix comme un phénomène à court terme, il est possible que le dollar reste sous pression."

L'euro, à 1,1964 dollar (-0,12%), reste proche de 1,20 dollar, un seuil qu'il n'a plus franchi depuis le 4 mars.

A noter aussi, la chute de plus de 1,5% du rouble russe face à la perspective de nouvelles sanctions américaines visant Moscou.

Du côté des cryptomonnaies, le bitcoin recule vers 62.500 dollars après son pic de mercredi à 64.895,22.

PÉTROLE

Le marché pétrolier subit quelques prises de bénéfice après avoir atteint en début de journée son plus haut niveau depuis un mois, toujours soutenu par le relèvement des prévisions de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) et l'optimisme général sur la reprise de la demande.

Le Brent abandonne 0,17% à 66,47 dollars le baril après un pic à 66,94 dollar, au plus haut depuis le 18 mars, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 0,3% à 62,96 dollars après être monté à 63,48.

(Version française Marc Angrand)