Marchés français ouverture 1 h 9 min

Les actions américaines accusent leur pire chute depuis le krach de 1987

A Wall Street, le Dow Jones s'est écroulé de 13%, la panique face à l'avancée inexorable de la pandémie de coronavirus l'emportant sur les efforts massifs déployés par la banque centrale américaine pour tenter de rassurer les marchés.

Wall Street, qui s'est engagé dans un marché baissier, a enregistré un plongeon historique hier, signant un nouveau lundi noir. Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, s'est effondré de 12,93%, sa plus lourde chute depuis le Lundi noir d'octobre 1987. A 20.188,52 points, il tombe à son plus bas niveau depuis février 2017. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est écroulé de 12,32%, à 6.904,59 points tandis que l'indice élargi S&P 500 a plongé de 11,98% à 2.386,13 points. L'affolement a gagné les courtiers dès le début de la séance, une chute de 7% du S&P 500 déclenchant automatiquement une suspension des échanges pendant un quart d'heure, censé permettre aux acteurs du marché de reprendre leurs esprits.

C'est la troisième fois en six séances que ce mécanisme est utilisé. Les marchés font face à une extrême volatilité depuis le début de la crise du coronavirus, qui s'est encore accentuée la semaine dernière entre ce qui était alors la pire chute du Dow Jones depuis 1987 jeudi (-10%), et sa plus importante hausse depuis 2008 vendredi (+9,4%). Les indices ont repris un peu de terrain lundi en cours de séance. Mais ils ont de nouveau plongé à la toute fin de la journée, alors que la Maison Blanche donnait une conférence de presse sur les efforts déployés par l'administration américaine pour lutter contre le coronavirus.

Donald Trump y a notamment estimé que l'épidémie pourrait prendre fin en juillet ou en août aux Etats-Unis. L'explosion du nombre de cas de contaminations dans le monde et les mesures drastiques de confinement imposées un peu partout affolent les investisseurs, qui redoutent une récession économique mondiale. La Réserve fédérale américaine est bien montée au créneau pour tenter de rassurer en annonçant dimanche soir en urgence une nouvelle baisse de son taux directeur à près de zéro. D'autres grandes banques centrales ont pris des mesures similaires pour éviter que

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Ce que le coronavirus change pour les apprentis
Comment créer sa SASU en 5 étapes ?
4 cas pratiques pour vous aider à recadrer (subtilement) votre chef
Comment constituer le capital social d’une société ?
Des nationalisations sont envisageables, annonce Bruno Le Maire