La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 348,10
    +1 889,96 (+4,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Des acheteurs à l'étroit

·1 min de lecture

Le marché de l'ancien, actif en 2020 malgré le contexte sanitaire, devrait le rester ces prochains mois.

Des acheteurs à l'étroit

Le marché de l'ancien, actif en 2020 malgré le contexte sanitaire, devrait le rester ces prochains mois. Les prix sont pourtant élevés : en centre-ville, les appartements coûtent 2 840 euros le m² en moyenne, soit + 7,5 % en un an, selon les Notaires de France. Des biens d'exception sont vendus 4 500 euros le m², parfois plus, dans l'Ecusson, et les logements avec un espace extérieur sont pris d'assaut. « Dans Montpellier, les maisons sont rares et il devient difficile de négocier les prix », rappelle Jérôme Bringas, directeur d'Immoprêt. Leurs tarifs ont bondi de 9,4 %. Par conséquent, bon nombre d'acheteurs cherchent en périphérie des maisons négociées 308 000 euros en moyenne (+ 2,7 %).

Dans le neuf, les ventes se sont maintenues sur un marché très peu alimenté. « Seuls 1 350 logements étaient disponibles fin 2020, et ce stock est loin de répondre à la demande », résume Simon Chapuy, directeur régional Paca-Occitanie d'Adéquation. Acheter dans Montpellier revient à 4 575 euros le m² moyen hors parking (4 860 euros le m² avec). Soit une progression de 6,4 % en un an. « Le foncier manque et la production reste limitée, les prix vont continuer de grimper, c'est inéluctable », prévient Simon Chapuy.


Myriem Lahidely

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi