La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 883,84
    +142,69 (+0,40 %)
     
  • Nasdaq

    15 342,93
    +116,23 (+0,76 %)
     
  • Nikkei 225

    29 106,01
    +505,60 (+1,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,1590
    -0,0024 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    26 038,27
    -93,76 (-0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    53 592,64
    -1 418,94 (-2,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 492,72
    -12,44 (-0,83 %)
     
  • S&P 500

    4 595,27
    +28,79 (+0,63 %)
     

Accord Thalès-Google: Bercy abandonne le cloud souverain pour le plus grand bonheur des GAFAM

·2 min de lecture

La France remplace le cloud souverain par un cloud de confiance. Ce nouveau concept, moins contraignant, permet aux géants américains en collaboration avec des entreprises françaises de s'inviter dans les données des administrations publiques. Les hébergeurs français s'estiment trahis.

La France a abandonné le cloud souverain sans discussion et sans réelle opposition. Le français à destination non seulement des entreprises privées mais aussi des institutions publiques. Pourtant, l’an dernier, en pleine crise du Covid, la découverte que les données de santé publique étaient confiées à Microsoft . L’Etat avait alors annoncé sa volonté de créer un cloud souverain garant de l’intégrité des données publiques.

De fait, le gouvernement a accouché en mai dernier d’un texte passablement infléchi sous l’influence des lobbyistes pour le rendre "GAFAM compatible". Exit le cloud souverain, place au "cloud de confiance". Derrière cet habile changement de nom se cache un abandon de la souveraineté au profit des GAFAM. Un cloud souverain, autrement dit le fait de mettre des données publiques ou privées sur des serveurs à l’abri de toute ingérence étrangère grâce à l’utilisation d’une technologie française ou européenne, a été remplacé par un autre concept, le "cloud de confiance" dans lequel les données sont théoriquement protégées par un contrat de confiance passé avec des entreprises privées libres de s’associer avec qui elles le souhaitent.

"Nous avons signé un contrat dans lequel les plus grandes entreprises françaises deviennent les revendeurs de la technologie américaine, s’étrangle Luc d’Urso, vice-président d’Hexatrust, une association qui regroupe les acteurs français de cybersécurité. Au lieu de développer une souveraineté, un écosystème permettant de mettre en avant une technologie européenne, on s’est littéralement couché devant les injonctions américaines. Après , c’est le pompon!"

Un nouveau risque de dépendance industrielle

Si Google et Thalès se félicitent de la création de cette étiquette "cloud de confiance" par le gouvernement, tout le monde n’est pas du même avis. " paraît un choix difficilement compréhensible en termes de politique industrielle, s’inquiétait déjà Yann Lechelle, directeur général de Scaleway (cloud), en mai dernier. Les act[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles