Marchés français ouverture 7 h 12 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 504,92
    +262,71 (+0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,2092
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • BTC-EUR

    30 239,49
    -35,52 (-0,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    711,90
    -23,24 (-3,16 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Accord sur le Brexit: BMW, PSA, Ford, Nissan soulagés

·2 min de lecture

L’accord à l’arrachée sur le Brexit a sauvé l’industrie britannique. Il a surtout soulagé les constructeurs étrangers qui... la contrôlent en totalité. Le secteur auto britannique présente un déficit commercial de plus de 30 milliards d'euros vis-à-vis du reste de l’Europe, dont 2,6 milliards avec la France

Ouf ! L’automobile européenne et asiatique a eu chaud. Car, si l’accord à l’arraché sur le Brexit a sauvé l’industrie britannique, il a surtout soulagé les constructeurs étrangers qui... la contrôlent en totalité. Les rares firmes britanniques qui ont survécu sont en effet passées sous pavillon allemand (, propriété de BMW depuis 1994) ou indien (Jaguar Land Rover, détenu par Tata depuis 2008). Pour leur part, les constructeurs japonais, attirés par Margaret Thatcher, avaient dans les années 1980 et début 1990 rejoint Ford, implanté industriellement depuis 1911, et GM, installé à travers le rachat de en 1925. En 2017, PSA, qui avait fermé son propre local de Ryton en 2007, a toutefois repris Vauxhall. GM n'est du coup plus présent.

Fermeture de Honda Swindon

L’automobile représente pour la Grande-Bretagne un secteur-clé, puisque 33 usines d’assemblage, de mécanique et de composants y sont installées. Un Brexit dur laissait planer un doute sérieux sur l’avenir des sites. en 2022, qu’il ne produirait pas le futur SUV X Trail dans son usine de Sunderland. Carlos Tavares, président de PSA, avait mis dans la balance la survie du site d’Ellesmere Port, l’un des deux qu’il compte outre-Manche. L'impact négatif de droits de douane (10%) aurait pu atteindre "250-300 millions d’euros par an" pour PSA, d'après l’analyste Gaëtan Toulemonde. Et « 800 millions d'euros » pour (JLR) .

La Grande-Bretagne a produit 1,38 million de véhicules en 2019, 80% étant destinés à l'étranger. 807.000 unités (voitures, utilitaires légers, cars, bus, camions) ont été exportées vers l'Union européenne selon l'Association des constructeurs européens (ACEA), pour une valeur de 15 milliards d’euros. Dans le même temps, le Royaume-Uni a importé 2,2 millions de véhicules de l’Union, pour une quarantaine de milliards d’euros. La Grande-Bretagne a exporté en outre pour plus de 5 milliards d’euros de composants vers l’UE, important à son tour des pièces pour une douzaine de milliards.

Lire aussi

Un fo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi