Marchés français ouverture 7 h 13 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 499,30
    +257,09 (+0,91 %)
     
  • EUR/USD

    1,2090
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • BTC-EUR

    30 245,38
    -29,63 (-0,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    711,90
    -23,24 (-3,16 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Accor prévoit 1.900 suppressions d'emplois en Europe, près de 770 en France

AFP
·1 min de lecture

Le groupe AccorInvest, qui détient près de 900 hôtels dans le monde, a annoncé mercredi qu'il envisageait la suppression de 1.900 emplois en Europe dont environ 770 en France, conséquence de la crise sanitaire qui a fait chuter le chiffre d'affaires du groupe de 70%.

"Dans le but de contenir les effets de cette crise sur le long terme, AccorInvest envisage un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui concernerait près de 1.900 postes au sein de l'entreprise, au niveau européen", a écrit dans un communiqué le groupe, ex-filiale d'Accor qui exploite principalement des marques du géant français de l'hôtellerie (Ibis, Novotel, Mercure...). Cela représente près de 9% des emplois du groupe sur le continent.

En France, 767 postes sont concernés par cette restructuration, dont "709 dans les hôtels et 58 dans les sièges", selon FO, qui dénonce "une saignée sociale". Un porte-parole d'AccorInvest confirme qu'"environ 770 postes" seront concernés dans le pays.

Lire aussi : Accor, plus d'un milliard d'euros de perte en 2020

La restauration la plus touchée

Dans le détail, en France, les personnels d'étage (309 postes concernés) et de la restauration (218 postes) sont les plus touchés par ce plan, selon Ange Romiti, responsable de l'hôtellerie au sein de la fédération CGT Commerce et Services.

"L'enjeu à court terme mettra en difficulté l'entreprise demain", estime le représentant CGT, qui craint que les salariés qui resteront se retrouvent en sous-effectif lorsque les touristes reviendront.

"C'est un choix irrationnel et (...) Lire la suite sur La Tribune.fr