Publicité
La bourse ferme dans 2 h 41 min
  • CAC 40

    8 019,05
    -4,21 (-0,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 926,77
    -9,80 (-0,20 %)
     
  • Dow Jones

    37 775,38
    +22,07 (+0,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,0676
    +0,0030 (+0,28 %)
     
  • Gold future

    2 396,40
    -1,60 (-0,07 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 270,17
    +2 959,10 (+5,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 342,16
    +29,53 (+2,30 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,17
    -0,56 (-0,68 %)
     
  • DAX

    17 749,12
    -88,28 (-0,49 %)
     
  • FTSE 100

    7 842,98
    -34,07 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    15 601,50
    -81,87 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    5 011,12
    -11,09 (-0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2459
    +0,0021 (+0,17 %)
     

Accident de train en Grèce : un inspecteur des chemins de fer en détention provisoire

Accident de train en Grèce : un inspecteur des chemins de fer en détention provisoire

Un inspecteur des chemins de fer grecs a été inculpé et placé en détention provisoire vendredi, plus d’un mois après la catastrophe ferroviaire qui a fait 57 morts dans le centre de la Grèce et choqué le pays.

Cet inspecteur des chefs de gare qui se trouvaient en service lors de cet accident, a été inculpé pour "perturbation de la sécurité du trafic" ayant causé la mort de nombreuses personnes et "homicide par négligence". Il s'agit de la seconde personne placée en détention dans cette affaire. Il encourt une peine allant de dix ans de prison à la perpétuité.

Un chef de gare peu expérimenté laissé seul

Le chef de gare en service lors de l’accident, Vassilis Samaras, 57 ans, se trouve également en détention. Il a reconnu sa responsabilité dans la collision frontale entre un train de passagers et un convoi de marchandises à Tempé, près de la ville de Larissa.

PUBLICITÉ

Deux autres chefs de gare, en service le 28 février au soir, ont été inculpés pour avoir quitté leur poste avant la fin de leur vacation, laissant seul un chef de gare moins expérimenté. Mais ces deux cheminots ont été remis en liberté en début de semaine après le versement d’une caution de 10 000 euros. Ils doivent se présenter à la police deux fois par mois.

Outre les responsabilités des chefs de gare en service, cet accident ferroviaire, le pire que la Grèce ait connu, a mis en évidence les défaillances chroniques des chemins de fer grecs et des retards pris dans la modernisation des systèmes de sécurité.