La bourse ferme dans 3 h 36 min
  • CAC 40

    7 053,10
    -12,29 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 260,15
    -16,05 (-0,38 %)
     
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,1299
    +0,0027 (+0,24 %)
     
  • Gold future

    1 784,90
    +0,20 (+0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    43 610,04
    -1 836,02 (-4,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 283,79
    -37,49 (-2,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,12 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 739,47
    -74,47 (-0,47 %)
     
  • FTSE 100

    7 349,76
    +9,86 (+0,13 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 860,62
    +405,02 (+1,42 %)
     
  • HANG SENG

    23 996,87
    +13,21 (+0,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3208
    -0,0034 (-0,25 %)
     

Accès aux eaux de pêche: les zones de la discorde franco-britannique

·2 min de lecture

Le Brexit a redessiné les zones de pêche autour du Royaume-Uni, plantant depuis le 1er janvier 2021 un nouveau cadre général mais créant des tensions. Le point sur les trois grandes zones définies et les points d'achoppement qui persistent.

Le a redessiné les zones de pêche autour du Royaume-Uni, plantant depuis le 1er janvier 2021 un nouveau cadre général mais attisant du même coup une lutte féroce pour régler le sort de chaque bateau français. Londres affirme avoir accordé 98% des demandes de licences de navires de l'UE pour pêcher dans ses eaux, un chiffre contesté par la France, qui parle de 90%. Dans les zones encore disputées, Londres et Jersey ont accordé 216 licences définitives mais Paris en réclame encore plus de 170, selon un décompte de l'AFP.

Voici les trois grandes zones définies et qui persistent dans deux d'entre elles pendant la période de transition prévue jusqu'à l'été 2026.

  • La zone des 12 à 200 milles des côtes britanniques

Cette zone économique exclusive (ZEE) britannique ne pose pas de problème. Les autorisations demandées pour ce domaine de la pêche hauturière, qui se pratique au grand large sur des thoniers de 13 à 33 mètres, ont toutes été obtenues en janvier. Londres a accordé 1.674 autorisations à des navires européens, dont 736 français.

  • La zone des 6 à 12 milles : le verre à moitié vide

Dans cette zone poissonneuse, qui s'étend du sud de la Mer du Nord au pays de Galles, l'accord européen prévoit un accès garanti aux navires qui s'y rendaient déjà pendant la période de référence 2012-2016. Il leur faut toutefois demander de nouvelles licences à Londres. Les pêcheurs français ont obtenu 103 autorisations définitives, mais attendent toujours une réponse pour quelque 70 navires : ces derniers, en attendant, n'ont aucune autorisation, même provisoire, de pêcher dans cette zone. De son côté, Londres évoque un nombre inférieur de demandes en attente, distinguant le cas des bateaux récemment mis à l'eau qui ont succédé à des navires qui pêchaient dans la zone antérieurement.

  • La zone des îles anglo-normandes, terrain miné

Le secteur des îles semi-autonomes de Jersey et Guernesey, toutes proches des côtes françaises, est . Chaque bateau doit justifier d'au moins onze jo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles