Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 789,21
    -472,67 (-0,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 401,64
    -16,23 (-1,15 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Abayas interdites à l'école: la lettre que les chefs d'établissement pourront envoyer aux familles

Bertrand GUAY / AFP

Après les téléspectateurs et les chefs d'établissements, le ministre de l'Éducation nationale s'adresse aux parents d'élèves à propos de l'interdiction de l'abaya. Via une lettre datée du 31 août, que BFMTV s'est procurée, Gabriel Attal justifie sa décision par le respect du principe de laïcité, qui repose sur la loi du 15 mars 2004, "l'un des principes fondamentaux de l'école de la République".

"C'est pour cela que j'ai indiqué que les abayas et les qamis ne peuvent pas être portés en milieu scolaire", déclare-t-il tout en rappelant "que la laïcité ne s'oppose à aucune religion et que les règles sont les mêmes pour tous".

"Sans stigmatisation, ni discrimination"

Selon le ministre, ces règles "protègent les élèves de toute pression physique, symbolique ou psychique".

PUBLICITÉ

Il tient à rappeler que "l'école de la République accueille tous les élèves sans stigmatisation ni discrimination".

Gabriel Attal interpelle ensuite directement les parents en disant "pouvoir compter" sur eux "pour expliquer à [leur] enfant l'importance et la portée de la loi". Et en assurant, "de la pleine mobilisation de l'École" pour les plus de 12 millions d'élèves scolarisés en France.

Le ministre promet que le dialogue "sera toujours la première réponse de l'école". Il avait par ailleurs expliqué que les élèves se présentant avec ces habits ne seraient pas renvoyées chez elles mais plutôt "accueillies".

Si le scénario se répétait, l'Éducation nationale n'écarte pas une hypothétique sanction disciplinaire, celle-ci pouvant aller jusqu'à l'exclusion.

Article original publié sur BFMTV.com