Marchés français ouverture 1 h 58 min
  • Dow Jones

    32 774,41
    -58,13 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    12 493,93
    -150,53 (-1,19 %)
     
  • Nikkei 225

    27 789,02
    -210,94 (-0,75 %)
     
  • EUR/USD

    1,0217
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    19 588,83
    -414,61 (-2,07 %)
     
  • BTC-EUR

    22 462,37
    -1 089,76 (-4,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    532,83
    -24,52 (-4,40 %)
     
  • S&P 500

    4 122,47
    -17,59 (-0,42 %)
     

Abandon de Sébastien Loeb au Rallye du Kenya, Elfyn Evans ravit la tête à Sébastien Ogier

Sébastien Loeb en action lors du Rallye du Kenya. (R. Thuillier/Presse Sports)

Fin de matinée agitée au Kenya avec notamment l'abandon de Sébastien Loeb, en proie à des problèmes mécaniques. Par ailleurs, Elfyn Evans a pris la tête du Rallye aux dépens de Sébastien Ogier ce vendredi. Kalle Rovanperä s'est rapproché (3e).

La première boucle de l'étape de vendredi a déjà apporté son lot de rebondissements au Rallye du Kenya. Notamment la dernière spéciale, Kedong, la plus longue du rallye avec 31,25 km aussi difficiles pour les pilotes que les mécaniques. Elle n'a pas été tendre avec Sébastien Loeb. Dans le rythme jusque-là, le pilote M-Sport Ford a d'abord concédé près de trente secondes à Kalle Rovanperä, auteur de son deuxième temps scratch. Le Français s'était « perdu » dans sa propre poussière au coeur d'un secteur sablonneux à l'extrême.

lire aussi

Résultats des spéciales et classement provisoire

« Je ne savais pas où aller. J'ai dû attendre que la poussière retombe avant de pouvoir repartir », a expliqué celui qui avait gagné la première spéciale du matin. Plus grave, le nonuple champion du monde est resté immobilisé après l'arrivée du dernier secteur chronométré. Un petit incendie s'est déclenché au niveau du moteur et il ne disposait alors plus que de l'énergie électrique, insuffisante pour retourner au regroupement suivant... Un coup du sort synonyme d'abandon.

« Quelques mètres après l'arrivée, on s'est arrêtés pour ranger les casques et le moteur s'est arrêté tout seul. J'ai essayé de redémarrer sans succès et il avait quelque chose qui brûlait juste derrière le moteur », a-t-il expliqué au site DirtFish, alors qu'il était à côté de sa Puma immobilisée.

Après le Portugal (sortie de route), c'est la deuxième fois de suite qu'il est contraint de renoncer dès le vendredi matin d'un rallye WRC.

Rovanperä grand vainqueur de la matinée

Ogier a, lui, cédé la tête du rallye dans cette quatrième spéciale après avoir perdu 20 secondes sur Rovanperä. Le pilote Toyota annonçait avoir un problème de puissance, probablement dû à la présence de sable dans les filtres à air. Il reste malgré tout deuxième du classement général derrière son coéquipier Elfyn Evans (+8''5).

Le grand vainqueur de cette matinée est Rovanperä. Le leader du Championnat, qui ouvrait la route, est remonté à la troisième place (+11''1), gagnant cinq places rien qu'à Kedong. S'il n'avait pas connu son erreur de la super-spéciale, jeudi, il serait potentiellement leader.

lire aussi

Classement général du Championnat du monde

Les pilotes Hyundai pas épargnés

Gus Greensmith a connu un cauchemar dans la dernière épreuve. Alors quatrième, le Britannique de M-Sport a perdu toute chance de bien figurer en explosant le pneu arrière droit qui a ensuite déclenché un début d'incendie dans sa Ford Puma. Il a pu réparer et repartir mais a perdu près d'un quart d'heure. Problèmes aussi pour Hyundai : Ott Tänak (7e) a cassé son levier de vitesse dès le premier chrono alors que Thierry Neuville et Oliver Solberg ont terminé la dernière au ralenti sans la moindre puissance au niveau du moteur. Ils sont repoussés respectivement à une et trois minutes du leader.

Auteur d'une course propre jusque-là, Adrien Fourmaux (Ford Puma) est en huitième position (+31''9). À noter la bonne performance de Takamoto Katsuta, quatrième (+15''2, il était sur le podium l'an passé) alors que Craig Breen est sixième.

lire aussi

Fourmaux : « J'essaie de m'en sortir »

Enfin, de nombreux pilotes s'étant plaint des conditions dans Kedong, l'éventualité de voir le deuxième passage dans ce tronçon annulé ou modifié n'est pas à exclure. « Je ne sais pas si on pourra passer à la 2e boucle, avait noté Loeb, avant son abandon, à propos d'une partie de sable fin, c'était déjà limite pour rester planté pour moi. » Même Rovanperä, passé le premier avec une piste pas totalement défoncée, se demandait comment il serait possible d'y remettre les roues.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles