La bourse ferme dans 3 h 44 min
  • CAC 40

    6 353,01
    +54,37 (+0,86 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 677,10
    +29,54 (+0,81 %)
     
  • Dow Jones

    32 120,28
    +191,66 (+0,60 %)
     
  • EUR/USD

    1,0710
    +0,0025 (+0,24 %)
     
  • Gold future

    1 841,10
    -5,20 (-0,28 %)
     
  • BTC-EUR

    27 147,10
    -571,32 (-2,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    635,66
    -35,35 (-5,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    111,19
    +0,86 (+0,78 %)
     
  • DAX

    14 136,90
    +128,97 (+0,92 %)
     
  • FTSE 100

    7 522,89
    +0,14 (+0,00 %)
     
  • Nasdaq

    11 434,74
    +170,29 (+1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 978,73
    +37,25 (+0,95 %)
     
  • Nikkei 225

    26 604,84
    -72,96 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 116,20
    -55,07 (-0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,2594
    +0,0015 (+0,12 %)
     

A330 Phénix, Mirage 2000, Rafale: avec les aviateurs français à la frontière ukrainienne

·2 min de lecture

REPORTAGE - Tous les jours, des avions ravitailleurs de l’armée de l’air décollent de France pour soutenir les chasseurs français déployés sur le flanc est de l’Otan. Une mission aussi essentielle que délicate. Reportage dans un A330 Phénix, près de la frontière ukrainienne.

Il est là, rutilant sous le soleil d’avril, sur le tarmac flambant neuf de la base aérienne 702 d’Avord (Cher). En cette chaude matinée de printemps, des techniciens vérifient une dernière fois un des six ravitailleurs A330 MRTT Phénix de l’armée de l’air et de l’espace. Une longue journée attend l’appareil et son équipage : plus de 8 heures de vol et une demi-douzaine de ravitaillements à effectuer pour des chasseurs Mirage 2000 dans le ciel polonais, à quelques kilomètres des frontières ukrainienne, biélorusse et de l'enclave russe Kaliningrad. Depuis le début de l’invasion russe, des ravitailleurs français décollent tous les jours, d’Istres ou d’Avord, pour biberonner les avions de combat Mirage 2000 et Rafale déployés sur le flanc est de l’Otan. Nom de code : (police du ciel renforcée).

Dans le contexte de tension extrême avec la Russie, les règles sont claires : pas de risque inconsidéré. L’avion ne doit pas s’approcher à moins de 10 miles nautiques (18,5km) des territoires ukrainien, biélorusse et de l’enclave russe de Kaliningrad. "On va aussi loin qu’on peut aller, sans se rapprocher trop près de la frontière, résume le lieutenant-colonel Aurélien, commandant de l’escadron de ravitaillement en vol et de transport stratégique "Bretagne", aux commandes de l’appareil. Nous ne sommes pas en guerre, on n’est pas là pour agresser ou pour provoquer. On protège l’espace aérien d’un pays allié de l’Otan. Nous sommes un peu des garde-frontières qui passent sur le chemin des douaniers."

Chasseurs F-35

Ce 14 avril, le chemin en question a de faux airs de périphérique aux heures de pointe. On y croise des chasseurs furtifs F-35 norvégiens. Des E/A 18 Growler de l'US Navy. Des Eurofighter Typhoon et avions de transport A400M allemands. Des F-16 polonais. Des Gripen hongrois. Des avions de surveillance électronique . Des RC-135 et WC-135 américains, qui "reniflent" les radars et systèmes anti-aériens russes ou les émanations . Le Phénix, en lien satellite permanent avec [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles