La bourse ferme dans 7 h 17 min
  • CAC 40

    4 881,68
    -27,96 (-0,57 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 152,15
    -46,71 (-1,46 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,13 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1816
    -0,0052 (-0,44 %)
     
  • Gold future

    1 899,50
    -5,70 (-0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    11 065,22
    +27,76 (+0,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    262,70
    +1,24 (+0,48 %)
     
  • Pétrole WTI

    38,83
    -1,02 (-2,56 %)
     
  • DAX

    12 381,74
    -264,01 (-2,09 %)
     
  • FTSE 100

    5 858,69
    -1,59 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 494,34
    -22,25 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,68 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3020
    -0,0018 (-0,14 %)
     

Banque de France : mais à quoi sert-elle ?

Emmanuel Schafroth
·Emmanuel Schafroth
Banque de France
Banque de France

Une banque centrale a pour but d'assurer la stabilité monétaire d'un pays ou d'une zone. Avant la création de l'euro, c'est la Banque de France qui était chargée de cette tâche pour la France. Mais ça, c'était avant !

Aujourd'hui, c'est bien évidemment à la Banque centrale européenne (BCE) qu'est dévolu ce rôle, elle-même étant détenue conjointement par les 28 banques centrales des pays de l'Union européenne, qu'ils utilisent ou non l'euro (hé oui, même la Banque d'Angleterre est actionnaire de la BCE à hauteur de 13,7% environ !). C'est donc la BCE qui est chargée d'émettre les billets de banque qui circulent dans nos poches, ce que la Banque de France faisait depuis son origine, au début du 19e siècle, même si c'est seulement à compter de 1848 que ceux-ci ont eu une vraie valeur de monnaie, ne pouvant plus être refusés comme moyen de paiement. C'est aussi la BCE, désormais, qui fixe les taux d'intérêt directeurs qui régissent ses relations avec les banques commerciales, son objectif principal étant d'éviter l'inflation pour favoriser la stabilité économique.

 

13.000 agents affectés à diverses tâches

Et pourtant, la Banque de France subsiste. Mais quel rôle lui reste-t-il ? Et à quoi sont employés ses quelques 13.000 agents ? Tout d'abord, elle est en quelque sorte le petit soldat de la BCE pour le territoire français. En effet, l'Eurosystème (constitué par la BCE et les banques centrales nationales) fonctionne selon un principe de "décentralisation opérationnelle" : si les décisions de politique monétaire sont centralisées à la BCE, les banques centrales nationales conservent des missions de terrain. Ainsi, la Banque de France réalise des enquêtes de conjoncture, élabore des analyses et des statistiques économiques, ce qui occupe plus de 500 collaborateurs. Objectif : établir les prévisions et des estimations concernant la masse monétaire, la croissance et l'inflation, autant d'éléùents sur lesquels se basera la politique monétaire de la BCE. La Banque de France assume aussi un rôle dans la conception et la fabrication des billets de banque européens. Via son imprimerie de Chamalières, c'est le premier fournisseur du nouveau billet de 5 euros, plus sécurisé. En 2012, elle a ainsi imprimé pas moins de 2,3 milliards de billets : un activité qui occupe près de 950 personnes. La mission de la Banque de France comprend aussi l'entretien de la monnaie fiduciaire, c'est-à-dire qu'elle va veiller à la qualité des pièces et billets en circulation, par exemple en retirant de la circulation les coupures usagées.

 

Des missions pour la BCE, mais pas seulement

 La Banque de France conserve aussi un rôle dans le maintien de la stabilité financière. L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), qui est chargée de superviser le secteur bancaire, lui est ainsi adossée. Et la Banque de France a une activité de veille et produit des études et publications concernant les risques financiers, tout en participant aux instances internationales en lien avec ces sujets.

 Mais la Banque de France assume aussi des fonctions pour le compte de l'Etat français, qu'on pourrait qualifier de missions de service public et qui sont les plus gourmandes en personnel (plus de 4.000 personnes y sont affectées). Par exemple, la Banque de France assure le rôle de médiateur entre les entreprises connaissant des difficultés de remboursement et leus banques créancières, traitant quelque 4.000 dossiers par an. De manière similaire, elle traite les dossiers de particuliers surendettés (ce qui représente aujourd'hui plus de 200.000 cas par an !) et gère le fichier des incidents bancaires. C'est aussi la Banque de France qui est chargée de faire respecter le droit pour tous d'avoir un compte bancaire, au besoin en désignant d'office un établissement. 

 

Une institution souvent critiquée

Enfin, peu de gens savent que le vénérable organisme joue un rôle similaire à celui des fameuses agences de notation en établissant la "cotation" de plus de 280.000 entreprises. Si la Banque de France conserve un intérêt, le sujet de son efficacité financière a été l'objet de bras de fer assez médiatisés, la Cour des comptes jugeant parfois sévèrement sa gestion. De fait, si les effectifs ont fondu entre 2002 et 2007, la courbe est repartie à la hausse depuis. Mais depuis les pertes historiques enregistrées en 2003, la Banque de France a rétabli ses comptes. Quand on est chargé de la stabilité financière, autant être un cordonnier bien chaussé !

 

Emmanuel Schafroth