Marchés français ouverture 5 h 13 min
  • Dow Jones

    35 756,88
    +15,73 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,71
    +9,01 (+0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    28 953,37
    -152,64 (-0,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    25 694,57
    -343,70 (-1,32 %)
     
  • BTC-EUR

    52 291,91
    -2 214,29 (-4,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 472,09
    -33,06 (-2,20 %)
     
  • S&P 500

    4 574,79
    +8,31 (+0,18 %)
     

Aéroports de Paris : il faudra peut-être attendre jusqu'à 2027 pour un retour à la normale

·1 min de lecture

Le secteur aérien est-il reparti de plus belle ? Pas totalement et la situation ne reviendra pas à la normale de si vite, à en croire Augustin de Romanet, le PDG du Groupe ADP (Paris Aéroport) qui était l'invité de Radio Classique vendredi 17 septembre au matin. Alors que le groupe a publié ses chiffres du mois d'août la veille, Augustin de Romanet note que "la moitié du chemin" a été faite avec onze millions de passagers cet été, c'est donc le double de l'année passée mais toujours la moitié de 2019. A cette époque, il y avait eu 19,4 millions de passagers.

Une hausse du trafic qui reste cependant incertaine pour ADP qui table sur un retour à la normale bien plus progressif. "Malheureusement, nous demeurons dans nos perspectives de retour à la normale à relativement moyen terme, c'est-à-dire entre 2025 et 2027", glisse Augustin de Romanet. Il a rappelé pour cela la situation de certains pays en Asie ou encore les États-Unis quasiment fermés tandis que Roissy (avec son hub) pâtit lui aussi de la situation. Le trafic de connexions normalement important entre l'Asie et l'Afrique ou entre l'Amérique latine et l'Asie "est complètement à l'arrêt", met en avant le PDG du groupe.

>> A lire aussi - Aéroports de Paris (ADP) : face au projet de baisse des salaires, des centaines de manifestants en colère

Des signaux positifs sont tout de même à mettre en avant, comme le fait que certaines compagnies reviennent. Citons Oman Air, Sri Lankan et Flyr. Cependant, cette baisse globale du nombre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Risque de contrepartie : définition et formes
BCE, Fed… les banques centrales en passe de fermer le robinet ?
Une fusion TF1 - M6 “aboutirait à un monopole de fait, la publicité doit évoluer !”
Plan de restructuration chez Renault : des départs et des embauches d'ici à fin 2024
Brexit : Marks & Spencer va fermer plus de 50% de ses magasins en France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles