La bourse ferme dans 4 h 46 min
  • CAC 40

    5 722,32
    -31,50 (-0,55 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 303,14
    -25,51 (-0,77 %)
     
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    0,9577
    -0,0021 (-0,22 %)
     
  • Gold future

    1 635,20
    -1,00 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    19 898,98
    -1 409,73 (-6,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    434,92
    -24,22 (-5,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,08
    +0,58 (+0,74 %)
     
  • DAX

    12 049,05
    -90,63 (-0,75 %)
     
  • FTSE 100

    6 941,21
    -43,38 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • GBP/USD

    1,0685
    -0,0046 (-0,42 %)
     

737 MAX : accusé de tromperie envers ses investisseurs, Boeing passe de nouveau à la caisse

Wikimedia Commons

Boeing va de nouveau devoir passer à la caisse à cause du 737 MAX. Accusé par le gendarme américain des marchés financiers (SEC) d'avoir émis publiquement plusieurs messages affirmant, après deux accidents aériens mortels, que l'avion ne présentait pas de risque, l'avionneur a accepté jeudi de verser 200 millions de dollars. Responsable à l'époque de ces messages, l'ancien directeur général de l'entreprise Dennis Muilenburg a pour sa part accepté de payer un million de dollars de pénalités. C'est principalement un problème sur un logiciel de vol, le MCAS, qui a conduit un 737 MAX de Lion Air en octobre 2018 puis un appareil similaire d'Ethiopian Airlines en mars 2019 à piquer du nez sans que les pilotes ne parviennent à les redresser. Les crash ont fait 346 morts et entraîné l'immobilisation du 737 MAX pendant vingt mois.

La SEC reproche notamment à Boeing d'avoir diffusé un mois après l'accident de Lion Air un communiqué, annoté et approuvé par Dennis Muilenburg, ne mettant en avant que certains passages d'un rapport des autorités indonésiennes suggérant que le pilote et une mauvaise maintenance étaient à blâmer. Le document omettait par ailleurs de mentionner une évaluation faite en interne estimant que le MCAS posait bien "un problème de sécurité aérien" et que Boeing avait déjà commencé à travailler sur des modifications pour y remédier. Boeing et Dennis Muilenburg "ont néanmoins assuré au public que le 737 MAX était +aussi sûr que tout avion ayant jamais volé dans le ciel+", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bourse : le CAC 40 tombe à son plus bas de l'année
Meta pousserait ses employés vers la sortie pour réduire ses coûts
Rodolphe Belmer nommé à la tête de TF1
La startup américaine Boom présente le design définitif de son avion supersonique
CAC 40 : la Bourse s'inquiète de l'envolée des taux et des élections en Italie