La bourse ferme dans 6 h 35 min

737 MAX 8 : gros contrat de Boeing avec Air Astana

Nouveau succès commercial pour Boeing, qui tente de remonter la pente après le désastre de l'affaire du 737MAX. La compagnie aérienne nationale du Kazakhstan Air Astana a annoncé mardi avoir signé une lettre d'intention pour l'achat de 30 737 MAX 8, et doit finaliser cette commande dans les prochains mois. Boeing a précisé que ces avions doivent "servir de colonne vertébrale" à la nouvelle compagnie à bas coûts d'Air Astana, FlyArystan. La compagnie turque SunExpress a commandé lundi 10 avions 737 MAX, première commande ferme enregistrée par Boeing depuis huit mois pour cet appareil dont la flotte est clouée au sol depuis mars.

Le montant du contrat passé avec Air Astana ressort à 3,6 milliards de dollars. "Air Astana est devenue une des compagnies aériennes leaders en Asie centrale avec un focus marqué sur a sécurité, le service client et l'efficacité. Chez Boeing, nous partageons ces valeurs et sommes honorés d'étendre notre partenariat avec le 737 MAX", a indiqué Stan Deal, PDG de Boeing Commercial Airplanes. Le 737 MAX 8 compte parmi une gamme d'avions offrant de 130 à 230 sièges et la capacité de voler jusqu'à 7,13 km.

>> A lire aussi - Boeing 737 MAX : la nouvelle version de l'avion serait "sûre et prête à voler"

Boeing a par ailleurs indiqué mardi avoir reçu une nouvelle commande ferme pour 20 appareils de la famille 737 MAX, clouée au sol depuis mi-mars après deux accidents ayant fait 346 morts, pour une valeur de 2,3 milliards de dollars au prix catalogue. Le constructeur aéronautique américain, pour qui le MAX est central, n'a pas dévoilé l'identité de l'acheteur, se contentant de dire que c'est une compagnie aérienne. C'est la deuxième commande ferme de MAX en deux jours.

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l'image)

>> En vidéo - Des Boeing 737 NG cloués au sol dans le monde entier après la découverte de fissures

>> Notre service - Investissez dans des sociétés innovantes et à fort potentiel de valorisation avant leur introduction

(...) Cliquez ici pour voir la suite