La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,73 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    +0,0065 (+0,53 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +5,90 (+0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    36 729,87
    -3 532,77 (-8,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +0,14 (+0,21 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,94 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,98 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,47 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,87 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4098
    +0,0047 (+0,33 %)
     

Avec 7%, les Etats-Unis pourraient connaître en 2021 leur plus forte croissance depuis 40 ans

·1 min de lecture

Le PIB du pays pourrait connaître son rythme le plus rapide depuis le début des années 1980, a prévenu lundi 3 mai le président de la Fed de New York.

Une croissance de 7% en 2021 ? C'est ce qu'annonce le président de la Fed de New York, John Williams. Un chiffre plus atteint depuis plus de 40 ans. "Avec des conditions financières accommodantes, un soutien budgétaire solide et les vaccinations, je pense que le taux de croissance économique de cette année sera le plus rapide que nous ayons connu depuis le début des années 80", a-t-il déclaré lors d'un discours par visio-conférence. Ajustée de l'inflation, la croissance du PIB devrait, selon lui, tourner autour de 7%.

Le Produit intérieur brut a enregistré au premier trimestre une hausse de 6,4% en rythme annualisé, mesure qui permet de projeter la croissance annuelle si le rythme se maintient. Or, celui-ci devrait s'accélérer au deuxième trimestre. Par ailleurs, alors que certaines craintes persistent quant à une trop forte hausse des prix, le président de l'antenne new-yorkaise de la Banque centrale a également jugé "important de ne pas surréagir à (la) volatilité des prix résultant des circonstances uniques de la pandémie". L'inflation sur un an a atteint 2,3% en mars, selon l'indice PCE, dépassant l'objectif de 2% de la Banque centrale américaine. Mais pour John Williams, il vaut mieux "rester concentrés sur la tendance" de la courbe des prix.

>> A lire aussi - Bourse : les chiffres de croissance de l'économie européenne sont attendus

Un million d'emplois prévus en avril

Or, celle-ci ne devrait pas continuer trop longtemps à grimper ainsi : "Je m'attends à ce qu'une fois que les inversions de prix (qui repartent (...)

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

“Le Nasdaq 100 pourrait avoir atteint un double sommet après les publications des Gafam"
Vacances d'été : la SNCF met en vente des billets à 39 euros ce lundi
E-commerce : les gagnants et les perdants de la crise du Covid-19
Les très généreux dividendes que verseront les grandes entreprises en 2021
Free, SFR, Bouygues, Orange… Les opérateurs dont les clients se plaignent le plus