La bourse ferme dans 7 h 49 min
  • CAC 40

    7 149,91
    -23,07 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,20
    -11,08 (-0,26 %)
     
  • Dow Jones

    35 028,65
    -339,82 (-0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,1361
    +0,0014 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    1 841,40
    -1,80 (-0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    36 956,95
    +382,25 (+1,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    996,68
    +1,93 (+0,19 %)
     
  • Pétrole WTI

    86,55
    -0,41 (-0,47 %)
     
  • DAX

    15 776,39
    -33,33 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 602,40
    +12,74 (+0,17 %)
     
  • Nasdaq

    14 340,25
    -166,64 (-1,15 %)
     
  • S&P 500

    4 532,76
    -44,35 (-0,97 %)
     
  • Nikkei 225

    27 772,93
    +305,70 (+1,11 %)
     
  • HANG SENG

    24 952,35
    +824,50 (+3,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3632
    +0,0020 (+0,15 %)
     

Avec 7,7 milliards d’euros de dette… Paris risque-t-elle une mise sous tutelle?

·2 min de lecture

Bercy a lancé un ultimatum sur l'affaire des "loyers capitalisés" et dénonce la "fuite en avant" budgétaire de la capitale. L’opposition parisienne conduite par Rachida Dati alerte sur l’état des finances de Paris et réclame la mise sous tutelle de la ville.

7,7 milliards d’euros de dette, en augmentation de 250% depuis 2010. La situation financière parisienne a de quoi inquiéter. La dette s’est envolé ces dernières années: à 2,85 milliards d’euros en 2010, 4,85 milliards en 2015, la dette dépasse désormais la barre des 7 milliards d'euros.

Pour ne rien arranger, la crise du Covid-19 a frappé très fort les comptes de la capitale. Lors du débat d’orientation budgétaire pour 2022, Anne Hidalgo chiffrait le manque à gagner à hauteur d’1,2 milliard d’euros. La maire de Paris en profite pour tacler au passage le gouvernement sur son absence de soutien économique au plus fort de la crise: “L’État abandonne les Parisiennes et les Parisiens”, assène-t-elle. En cause, le désengagement de l’État, qui aurait réduit la dotation globale de la capitale de plus de 600 millions d’euros depuis 2014.

Dati réclame la mise sous tutelle

Une explication que l'opposition au conseil de Paris rejette en bloc. Pour eux, le mal est bien plus profond dans les comptes de la Ville. Dans une interview au Parisien, Rachida Dati n'épargnait pas la gestion des finances parisiennes par . Pour elle, le diagnostic est sans appel: “Paris est en faillite”. La maire du VIIe arrondissement demande même explicitement la “mise sous-tutelle budgétaire" de Paris, pour des comptes de la ville qui seraient “insincères”. Dans son viseur de la cheffe de l'opposition, un tour de passe-passe comptable qui servirait à assainir des comptes déjà mal en point: les loyers capitalisés.

Derrière ce terme, on parle d’une dérogation exceptionnelle, accordée par l’État chaque année depuis 2016 à la ville de Paris. Grâce à ces loyers dits “capitalisés”, la Mairie demande aux bailleurs sociaux le versement de l’intégralité des loyers, en une seule fois, sur des baux souvent de plusieurs dizaines d’années. Une astuce comptable qui permet d'assainir le budget courant de la Mairie à court terme. Mais cette méthode pourrait prendre fin dès l’année prochaine, si l’en on croit le récent coup de pression de la part du gouvernement.

Coup de pression de Bercy, la Mairie riposte

Alors que dans son rapport d'orientation b[...]

Lire la suite sur challenges.fr

VIDÉO - Quelles villes comptent le plus de milliardaires dans le monde ?

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles