La bourse ferme dans 2 h 43 min

7,6 milliards par an : les ristournes sur les contributions des Etats, face cachée du plan de relance européen

Les Pays-Bas et leur premier ministre, Mark Rutte, ont obtenu une ristourne de 1,92 milliard par an sur leur contribution au budget européen.

C'est la victoire cachée des "frugaux". Plusieurs pays européens ont obtenu des rabais sur les montants qu'ils devront verser dans les caisses de l'UE entre 2021 et 2027, dans l'accord conclu mardi 21 juillet à l'issu du sommet de Bruxelles. Ces réductions leur permettront de payer un montant inférieur à celui prévu par les règles communes, qui fixent les redevances des pays membres en proportion de leur richesse nationale. Cinq pays sont concernés : les Pays-Bas avec 1,92 milliard de ristournes par an, le Danemark avec 377 millions, l'Autriche avec 565 millions, la Suède avec 1,07 milliard, et l'Allemagne avec 3,67 milliards. Ils cumulent ensemble un total de 7,6 milliards de réductions annuelles, qui devront être compensées par les autres Etats. Une forme de contrepartie au plan de relance de 750 milliards adopté par les 27, qui doit d'abord bénéficier aux pays les plus touchés par la crise. Dans le cas de l'avantage allemand, le texte adopté précise ainsi qu'il est concédé "dans le contexte du soutien à la reprise".

Parmi ces États, les Pays-Bas, la Suède et le Danemark bénéficiaient déjà d'un rabais sur la période 2014-2020. Tous le verront grimper dans le cadre du prochain budget : il augmentera de 1,23 milliard dans le cas hollandais (+176%), de 247 millions pour leurs homologues danois (+190%), et de 884 millions pour les Suédois (+478%). Ces "corrections" sont censées compenser des contributions jugées excessives par les pays concernés, qui considéraient qu'ils payaient trop par rapport à ce qu'ils recevaient du pot commun européen. Et ce même si "


Lire la suite