Marchés français ouverture 4 h 27 min
  • Dow Jones

    35 490,69
    -266,19 (-0,74 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,84
    +0,12 (+0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 865,62
    -232,62 (-0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1608
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    25 665,81
    +37,07 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    50 675,21
    -1 928,28 (-3,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 408,41
    -65,92 (-4,47 %)
     
  • S&P 500

    4 551,68
    -23,11 (-0,51 %)
     

6 choses à savoir sur Picnic, l'application qui rêve de concurrencer Leclerc sur la livraison

·1 min de lecture

600 millions d'euros. C'est le montant de la levée de fonds que vient de boucler la société d'origine néerlandaise Picnic. Si vous ne connaissez pas encore son nom, cela ne devrait plus tarder, surtout si vous habitez dans le Nord de la France. Peut-être avez-vous d'ailleurs déjà croisé les petites camionnettes électriques de livraison aux couleurs de l'enseigne ? Créé en 2015 aux Pays-Bas, la société Picnic s'est implantée sur le marché français de la livraison de courses à domicile en mai dernier. Et sa dernière levée de fonds le prouve : Picnic est là pour bousculer la livraison alimentaire dans l'Hexagone, et concurrencer les acteurs historiques comme Leclerc, Carrefour, Auchan, etc.

La tâche s'annonce compliquée. Même le géant américain Amazon qui affichait lui aussi de grandes ambitions sur le marché de la livraison à domicile des courses alimentaires a commencé à se désengager en s'associant finalement avec le groupe Monoprix. La raison principale ? Le coût que représente la livraison. La préparation d'un panier de courses demande en effet soit de la main d'œuvre, coûteuse par essence, soit de la technologie, c'est-à-dire une automatisation poussée, là aussi onéreuse. À ces coûts de préparation s'ajoutent bien sûr les coûts liés à la livraison en elle-même : main d'œuvre, flotte de véhicules, essence, etc.

À lire aussi — Livraison, insectes, viande in vitro... Ces 10 entreprises innovantes de la FoodTech qui attirent les investisseurs

Ce constat explique notamment pourquoi, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le paiement à table par QR code se développe au restaurant, comme l'illustre l'essor de Sunday
Amazon veut embaucher 12 000 saisonniers en France pour les fêtes de fin d'année
Voyage, bricolage, vêtements... Michel-Édouard Leclerc veut 'aller chercher 1 Md€ de chiffre d'affaires sur le net'
Pour Michel-Édouard Leclerc, Amazon aura du mal à "dégommer l'offre de Leclerc à Concarneau"
Air France, Accor... Les 9 grandes entreprises qui restent les plus pénalisées par la crise

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles