La bourse ferme dans 39 min
  • CAC 40

    5 809,30
    -0,43 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 697,96
    -9,76 (-0,26 %)
     
  • Dow Jones

    31 428,41
    +36,89 (+0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,2070
    -0,0018 (-0,14 %)
     
  • Gold future

    1 706,20
    -27,40 (-1,58 %)
     
  • BTC-EUR

    41 952,52
    +771,23 (+1,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 012,73
    +24,64 (+2,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,36
    +1,61 (+2,69 %)
     
  • DAX

    14 018,74
    -21,06 (-0,15 %)
     
  • FTSE 100

    6 645,91
    +32,16 (+0,49 %)
     
  • Nasdaq

    13 203,11
    -155,68 (-1,17 %)
     
  • S&P 500

    3 849,98
    -20,31 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3940
    -0,0016 (-0,11 %)
     

5G : le Conseil constitutionnel valide la loi "anti-Huawei"

·1 min de lecture

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi les dispositifs législatifs "anti-Huawei", contestés par les opérateurs télécoms français SFR et Bouygues Telecom, visant à préserver "les intérêts de la défense et de la sécurité nationale", notamment dans le cadre de l'exploitation des réseaux mobiles 5G. Le Conseil constitutionnel juge que le législateur "a entendu, dans le but de préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale, prémunir les réseaux radioélectriques mobiles des risques d'espionnage, de piratage et de sabotage qui peuvent résulter des nouvelles fonctionnalités offertes par la cinquième génération de communication mobile".

Fortes restrictions imposées à Huawei

"Ce faisant, ces dispositions mettent en œuvre les exigences constitutionnelles inhérentes à la sauvegarde des intérêts fondamentaux de la Nation", a ajouté dans son communiqué le Conseil constitutionnel.

SFR et Bouygues Telecom, les deux opérateurs français qui ont bâti pour moitié leur réseau mobile avec Huawei, avaient déposé des questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) face au préjudice lié aux fortes restrictions imposées à l'équipementier chinois sur le marché de la 5G.

Pas d'indemnisations ?

La France n'a pas interdit explicitement le matériel Huawei pour le déploiement du futur réseau mobile, mais l'Agence nationale chargée de la sécurité informatique (Anssi) a restreint très fortement fin août les autorisations d'exploitation, conformément aux dispositifs de la loi du 1er ao...


Lire la suite sur Europe1