Marchés français ouverture 4 h 47 min
  • Dow Jones

    34 395,01
    -194,76 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 679,84
    -546,24 (-1,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,0517
    -0,0011 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    18 654,64
    -81,80 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    16 099,07
    -321,31 (-1,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,07
    -5,09 (-1,25 %)
     
  • S&P 500

    4 076,57
    -3,54 (-0,09 %)
     

50 ans après son ouverture aux femmes, l’introuvable parité à Polytechnique

Anne-Marie Rocco

Le 15 novembre, la grande école d’ingénieurs célébrait les 50 ans de son ouverture aux femmes, en présence d’Elisabeth Borne, de la promo X-81. Mais la proportion de jeunes filles parmi les élèves plafonne toujours autour de 20%.

Dans Polytechniciennes, le documentaire réalisé par Pauline Pallier, la toute jeune Anne Chopinet semble hésiter entre l’incrédulité et le fou rire. Interviewée à la télévision en 1972, la major de promotion à l’entrée de Polytechnique est l’une des 7 premières jeunes filles admises dans la grande école d’ingénieurs, symbole de l’excellence à la française. Un événement dans la France de Georges Pompidou! Mais les questions que lui pose le journaliste portent sur ses goûts vestimentaires et son éventuelle frivolité. "Est-ce que vous vous regardez souvent dans la glace?", lui demande l’intervieweur. 50 ans ont passé et Anne Chopinet-Duthilleul en rit encore, elle qui se décrit avec humour comme "un monument historique vivant", témoin d’une époque qu’on voudrait révolue.

Le 15 novembre, à l’Ecole militaire, se déroulait l’ultime cérémonie des 50 ans de l’entrée des femmes à Polytechnique, en présence de la Première ministre Elisabeth Borne, éminente polytechnicienne (promotion 81) et de cinq des femmes de la première promotion mixte de 1972, auxquelles elle a commencé par s’adresser. "Ces femmes qui ont marché dans vos pas, j’en fais partie", a-t-elle reconnu, après avoir rappelé qu’en 1794, Sophie Germain avait dû utiliser un nom d’emprunt masculin, Antoine-Auguste Le Blanc, pour pouvoir y entrer. Soulignant au passage qu’il a fallu attendre jusqu’en 1992 pour qu’une première femme, la physicienne Claudine Hermann (décédée en 2021), soit à son tour admise… comme professeure à Polytechnique.

A aucun moment, le mot tabou de "quota" n'a été prononcé

Avec la présence de cette Première ministre polytechnicienne, première femme à Matignon depuis l’expérience malheureuse d’Edith Cresson en 1991-1992, la fête était évidemment réussie. "Depuis 1972, 2.500 jeunes femmes ont été diplômées", a souligné Eric Labaye, le président de l’Ecole et de l’Institut Polytechnique de Paris, qui a détaillé tous les efforts réalisés pour recruter plus de polytechniciennes. "La difficulté est[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi