La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 783,41
    -135,09 (-2,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 348,60
    -78,54 (-2,29 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,27 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9693
    -0,0145 (-1,47 %)
     
  • Gold future

    1 651,70
    -29,40 (-1,75 %)
     
  • BTC-EUR

    19 685,09
    -107,69 (-0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    434,61
    -9,92 (-2,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,43
    -4,06 (-4,86 %)
     
  • DAX

    12 284,19
    -247,44 (-1,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 018,60
    -140,92 (-1,97 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,88 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 153,83
    -159,30 (-0,58 %)
     
  • HANG SENG

    17 933,27
    -214,68 (-1,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,0857
    -0,0398 (-3,54 %)
     

5 sociétés chinoises quittent brusquement la bourse de New-York

BRENDAN MCDERMID

Cinq importantes sociétés chinoises cotées aux Etats-Unis ont annoncé vendredi se retirer de la Bourse de New York, au moment où les firmes de Pékin sont dans le viseur du régulateur américain.

Une loi votée en 2020 au Congrès américain, oblige toute société cotée aux États-Unis à faire certifier ses comptes par un cabinet agréé. En cas de non-respect, les entreprises en infraction risquent à partir de 2024 une radiation de la Bourse américaine. Les sociétés de Chine continentale et de Hong Kong sont connues pour ne pas se soumettre à cette procédure.

Dans ce contexte, les mastodontes du pétrole Sinopec et PetroChina ont indiqué vendredi dans des communiqués séparés un "retrait volontaire" de la Bourse de New York, où ils sont cotés. Le poids lourd de l'assurance China Life Insurance, le géant chinois de l'aluminium Chalco, ainsi qu'une filiale de Sinopec basée à Shanghai ont annoncé des démarches similaires. Tous justifient cette décision par les coûts liés au maintien des cotations aux États-Unis, ainsi que la charge que représente le respect des obligations en matière d'audit.

Les cinq groupes figurent sur une liste d'entreprises mises en demeure par l'autorité américaine de régulation des marchés (SEC) de se conformer à des obligations comptables. Leur décision se base sur des "considérations commerciales", a justifié dans un communiqué le régulateur chinois des marchés financiers.

Lire aussi

Retour à domicile

Les entreprises chinoises ont longtemps été encouragées à se financer via des entrées en Bourse aux États-Unis. En 2014, le pionnier en Chine du e-commerce Alibaba avait ainsi levé à Wall Street 25 milliards de dollars, la plus grosse introduction en Bourse de tous les temps.

Mais dans un contexte d'affrontement croissant avec Washington, en particulier dans le domaine technologique, la Chine incite désormais ses pépites à chercher des financements sur ses places boursières (Hong Kong, Shanghai, Shenzhen ou encore Pékin). Soumises à une surveillance et des restrictions plus strictes aux États-Unis, nombre d'entreprises chinoises optent également pour une seconde cotation en Bourse à domicile, à l'image du moteur de recherche Baidu, ou d'Alibaba [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi