La bourse ferme dans 53 min
  • CAC 40

    6 518,07
    -39,33 (-0,60 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 741,73
    -35,65 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    33 778,66
    -220,38 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,0045
    -0,0047 (-0,46 %)
     
  • Gold future

    1 764,10
    -7,10 (-0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    21 385,27
    -2 078,77 (-8,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    509,94
    -31,66 (-5,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,80
    +0,30 (+0,33 %)
     
  • DAX

    13 578,34
    -119,07 (-0,87 %)
     
  • FTSE 100

    7 561,31
    +19,46 (+0,26 %)
     
  • Nasdaq

    12 735,41
    -229,93 (-1,77 %)
     
  • S&P 500

    4 238,30
    -45,44 (-1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1809
    -0,0124 (-1,04 %)
     

5 choses à savoir sur FlixBus

Chaque mercredi, Yahoo vous invite à mieux connaître une entreprise. Petits secrets, anecdotes, histoires insolites, ne manquez pas l’occasion d’épater vos amis. Pour ce 94e épisode, coup de projecteur sur le leader européen du transport en car : FlixBus.

1 - Comment FlixBus est devenu leader européen en moins de 10 ans

Fondé en 2013 à Munich par trois jeunes entrepreneurs (Daniel Krauss, Jochen Engert, André Schwämmlein), Flixbus a réussi la prouesse de s’imposer comme le numéro un en Europe de l'autocar longue distance. D’Oslo à Lisbonne en passant par Zurich, Vienne et Tallin, les bus verts inondent les routes du Vieux Continent depuis près d’une décennie. L’entreprise relie actuellement plus de 2 500 destinations (dont plus de 120 villes françaises) dans 40 pays. Ses prix cassés ont rapidement conquis les étudiants, les catégories populaires, les retraités modestes mais aussi les habitants de territoires délaissés par le train.

Contrairement aux idées reçues, FlixBus n’est pas propriétaire des cars et n’emploie aucun chauffeur. "Nous ne sommes pas non plus une plateforme de mise en relation comme l'est Uber. Nous, nous gérons un réseau d'autocaristes partenaires, qui souvent existaient bien avant notre arrivée. Nous vendons les places dont ils disposent dans leurs cars sur notre plateforme, contre une partie des profits", explique dans Challenges Yvan Lefranc-Morin, directeur général de Flixbus France.

SNCF, BlaBlaCar, easyJet… : Retrouvez tous nos épisodes ici

Rien qu’en France, FlixBus a mangé ses concurrents pour se retrouver en situation de duopole avec BlaBlaBus. Suffisant pour être rentable dans l’Hexagone ? Toujours pas malgré plus de 10,5 millions de passagers transportés en France en 2019, contre 25 millions en Allemagne, son pays d'origine. Pour FlixBus, l’image vieillotte dont pâtit le car mais aussi les spécificités géographiques entre les deux pays expliquent ces différences.

Comment FlixBus est devenu leader européen en moins de 10 ans (Crédit : Getty Images)
Comment FlixBus est devenu leader européen en moins de 10 ans (Crédit : Getty Images)

"L'Allemagne compte beaucoup de petites villes moyennes relativement proches les unes des autres, faciles à relier en autocar. En France, les grandes villes sont très éloignées", justifie Yvan Lefranc-Morin. Si la crise sanitaire a mis à mal les comptes de la société, FlixBus a retrouvé des couleurs et vit actuellement une "période exceptionnelle". Avec l’inflation et la hausse des billets de train et d’avion, de nombreux vacanciers privilégient le car pour partir en vacances à moindre coût. "Le 16 juin dernier, on a connu notre record de réservations depuis la création de FlixBus", se réjouit Charles Billiard, porte-parole de FlixBus France, au micro d'Europe 1. Si on prend un Paris-Biarritz le 22 juillet, vous trouvez encore des billets en-dessous de 40 euros en réservant fin juin. Comptez le triple si vous optez pour le train.

Fort de ses bons résultats et de sa suprématie en Europe, Flixbus aspire maintenant à conquérir les États-Unis. Présente outre-Atlantique depuis 2018, la société allemande d’autocars a passé la vitesse supérieure l’automne dernier en rachetant la mythique compagnie de cars américaine Greyhound.

2 - 2015, une année (très) importante pour l’opérateur

En France, le secteur du transport en autocars a été libéralisé à l’été 2015 par le ministre de l'Économie de l’époque : Emmanuel Macron. Avant cette date, impossible de prendre le car pour rallier Le Havre à Paris ou de se rendre à Bordeaux depuis Toulouse. Au moment de présenter son projet des "cars Macron", celui qui est entre-temps devenu président de la République assure à l'époque que cette mesure peut créer des "dizaines de milliers d’emplois" et que "les pauvres voyageront facilement."

Cette formulation malheureuse déclenche la polémique. "On va avoir trois sortes de Français : ceux qui auront les moyens pour aller à Marseille et prendront l'avion, ceux qui auront un peu moins d'argent et prendront le train et les pauvres qui prendront le bus", raille le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon.

Toujours est-il que FlixBus, après avoir profité de la libération du marché allemand deux ans plus tôt pour devenir numéro un outre-Rhin, s’est engouffré dans la brèche pour s’imposer comme une alternative crédible au train pour de nombreux voyageurs. Le 3 septembre 2015, deux autocars verts effectuent leurs premiers allers-retours entre Clermont-Ferrand et Paris via Bourges en cinq heures et demie. Depuis cette date, la France est devenue le deuxième marché de FlixBus, après l'Allemagne.

3 - À chaque grève de la SNCF, l'entreprise se frotte les mains

Des mois comme celui de décembre 2019, FlixBus aimerait sans aucun doute en vivre plus souvent. En cette fin d’année, la SNCF entame la grève la plus longue de l'histoire de l'entreprise ferroviaire pour protester contre la réforme des retraites. Alors que les Français font la moue, FlixBus profite de l’aubaine pour battre tous les records de fréquentation et récupérer une partie des clients de la SNCF. "Avec plus d'un million de passagers transportés, décembre 2019 fut exceptionnel, à un niveau équivalent aux mois d'été", a relevé la compagnie, expliquant ce chiffre "tant par les vacances de Noël que par l'ampleur de la durée du mouvement de grève" reconductible, lancée début décembre.

Cette grève a dopé l’activité de ses cars en lui permettant de doubler son nombre de voyageurs par rapport à décembre 2018. On en connaît qui attendent le 6 juillet prochain avec impatience.

VIDÉO - 5 choses à savoir sur la SNCF

4 - De nombreux réfugiés ukrainiens ont pu fuir la guerre grâce à FlixBus

Comme de nombreuses autres sociétés, Flixbus n’est pas restée insensible au sort des Ukrainiens. Dès les premières heures de l’invasion russe sur le sol ukrainien le 24 février dernier, l’opérateur allemand a fait son possible pour acheminer les réfugiés dans toute l’Europe. Ainsi, FlixBus a ajouté des liaisons depuis et vers la ville de Przemysl en Pologne, près de la frontière ukrainienne. "Nous avons ajouté des liaisons à la frontière entre l'Ukraine et la Pologne, et nous offrons des BILLETS GRATUITS pour les personnes cherchant à quitter l'Ukraine (toutes nationalités confondues) depuis PRZEMYŚL et RZESZÓW", écrit le groupe allemand sur Facebook le 1er mars.

Le champion des trajets longue distance en car a aussi offert aux Ukrainiens la possibilité de se rendre gratuitement n’importe où en Europe. Que le trajet soit direct ou non. Le 11 mars dernier, FlixBus annonçait que 15 000 personnes avaient été évacuées de cette manière.

5 - FlixBus a été assigné en justice par UFC-Que Choisir

L’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a assigné en justice FlixBus (mais aussi OuiBus, devenu depuis BlaBlaBus) en 2017. Elle reproche aux deux géants du secteur une information lacunaire délivrée aux clients en cas d’annulation, des horaires changeantes et des conditions contractuelles floues. "Loin d’être équilibrées, les CGV (Conditions Générales de Vente) recèlent, selon l’association une myriade de clauses qui apparaissent comme pouvant être qualifiées d’abusives et/ou d’illicites au regard des législations nationales et de l’Union Européenne", souligne UFC-Que Choisir qui a repéré 43 clauses abusives chez l’opérateur allemand.

VIDÉO - Des "cars Macron" assignés en justice par UFC-Que Choisir

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles