Marchés français ouverture 6 h 1 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 698,44
    -401,94 (-1,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,2038
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 135,73
    +29,58 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    46 327,85
    -344,42 (-0,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 273,34
    +38,93 (+3,15 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

5 choses à savoir sur Barilla

Cyprien Tardieu
·6 min de lecture
5 choses à savoir sur Barilla

Chaque mercredi, Yahoo vous invite à mieux connaître une entreprise. Petits secrets, anecdotes, histoires insolites, ne manquez pas l’occasion d’épater vos amis. Pour ce 28e épisode, coup de projecteur sur le roi de la pasta : Barilla.

1 - Barilla, une famille en or

La saga Barilla a débuté il y a 144 ans par la création d’une petite boulangerie à Parme. En 1877, Pietro Barilla y fabrique du pain et des pâtes avec ses moyens. Avec l’aide des deux fils, Riccardo et Gualtiero, la petite entreprise prospère tout doucement avant de changer définitivement de dimension en 1910 avec l’ouverture de sa première usine de pâtes. Barilla prend alors un virage industriel que la Première Guerre mondiale et le report massif des Italiens vers les pâtes - peu chères et faciles à trouver - ne va faire qu’encourager.

L'ancienne boulangerie artisanale, créée il y a un siècle et demi, compte aujourd'hui parmi les fleurons de l'industrie italienne. Depuis 1993, les héritiers du géant agro-industriel chargés de faire prospérer l’entreprise familiale s’appellent Guido, Luca et Paolo Barilla. Numéro un mondial, Barilla ne l’est pas en France. Les Échos révèlent en effet que Panzani pèserait 30% des ventes devant Barilla (23%). Néanmoins, le géant italien s’exporte dans 100 pays contre moitié moins pour le fabricant de pâtes d'origine française.

VIDÉO - Pâtes : les Français en raffolent

2 - Des pâtes al dente grâce à la musique

Dans la cuisine italienne, les pasta se consomment “al dente”. Pour réussir à maîtriser cet art, Barilla a trouvé une astuce implacable pour maîtriser à la perfection la cuisson des pâtes. Le numéro un mondial des pasta et Publicis Italie proposent des playlists sur Spotify respectant à la seconde près la cuisson des pâtes. Puisqu’il existe autant de pâtes que de cuissons différentes, huit playlists figurent dans la sélection "Playlist Timer” sur le géant suédois du streaming musical.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir toutes les infos utiles pour votre quotidien

Pour des spaghettis cuites à point, comptez quatre titres pour un timing d’exactement neuf minutes et deux secondes. Les penne rigate, elles, demandent un peu plus de patience, soit un peu plus de onze minutes de musique. Petit plus, un message (en italien) pendant la playlist vous rappelle de ne pas oublier vos pâtes dans la casserole. Désormais, vous n’aurez plus aucune excuse pour servir des pâtes fondantes et trop cuites à vos invités.

Des pâtes al dente grâce à la musique 
Des pâtes al dente grâce à la musique

3 - La France “choque” l’Italie, Barilla s’excuse

Chez nos voisins italiens, on ne rigole pas les pâtes. En 2016, une recette de pâtes à la carbonara proposée par Demotivateur, un site français en partenariat avec Barilla, a rendu fou les Italiens. La raison de cet emballement transalpin ? La vidéo ne respecte absolument pas la recette traditionnelle. Dans cette vidéo de 37 secondes, oignons, lardons et pâtes sont mélangés à feu doux tous ensemble dans une casserole, avec un léger fond d’eau. De quoi ulcérer les Italiens qui ont crée un groupe intitulé "Sai coma mangi ?" (“Et vous, comment vous mangez ?”).

Parmi les commentaires les plus virulents, l’un d’entre eux, repéré par BFM à l’époque, demande “cinq minutes de silence pour la mort de la carbonara en France”. L’affaire a même fait réagir la presse anglo-saxonne (pas forcément la mieux placée pour parler gastronomie).

Par peur de voir son image écornée, Barilla s’est sentie obligée de s’excuser et défendre l’honneur italien. "Mon Dieu ! Nous sommes ouverts à toutes les interprétations créatives de la mythique carbonara, mais celle-ci va clairement trop loin…”, s’est défendu la marque italienne sur Facebook avant de révéler la “vraie” recette quelques instants plus tard.

Des pâtes à la carbonara
Des pâtes à la carbonara

4 - Barilla se met les homosexuels à dos

Si l’histoire du “carbonaragate” peut prêter à sourire, celle survenue trois ans plus tôt aurait pu coûter très chère au leader mondial des pâtes. Une phrase prononcée en 2013 par Guido Barilla, le patron de la multinationale, a crée la polémique et embrasé les réseaux sociaux.

Répondant à des questions pour Radio 24, l'héritier du géant italien déclare : "Nous ne ferons jamais de publicités avec des homosexuels. Non par manque de respect, mais parce que je ne vois pas le concept de famille comme eux. À mes yeux, la famille est une image traditionnelle, où la femme a un rôle primordial. Pour nous, la famille demeure une valeur fondamentale de l'entreprise”. Face aux premières critiques, il ajoute : "Si les gays ne sont pas d'accords, ils peuvent toujours manger les pâtes d'un autre fabricant. Chacun est libre de faire ce qu'il veut à condition de ne pas déranger les autres."

Outrés par cette sortie, de nombreux internautes ont alors appelé au boycott de la marque avec le hashtag #BoycottBarilla. Voyant que sa sortie homophobe pouvait nuire à son entreprise, le PDG a ensuite rétropédalé et présenté ses excuses sur le compte Twitter de Barilla : "Je suis vraiment désolé d'avoir heurté la sensibilité de tant de gens. J'ai le plus profond respect pour toutes les personnes sans distinction”.

Les excuses de Guido Barilla sur Twitter
Les excuses de Guido Barilla sur Twitter

5 - Barilla gâte ses employés pendant la crise

11 millions d’euros. C’est la somme versée par le groupe Barilla en fin d’année 2020 à l’ensemble de ses collaborateurs dans le monde pour les récompenser de leur travail pendant la crise sanitaire. Concrètement, cette attention a par exemple permis à 160 personnes qui participent à la production des pains de mie Harrys, racheté par Barilla en 2003, de toucher 1 000 euros brut chacun, rapporte La Voix du Nord. Le confinement a largement profité au secteur des pâtes qui a vu ses ventes exploser. Rappelez-vous les rayons de pâtes dévalisés et les paquets empilés dans les caddies au printemps dernier par peur de manquer.

VIDÉO - Coronavirus : les supermarchés pris d'assaut

“L'effort conjoint de nos collaborateurs lors de la pandémie Covid-19 a assuré la continuité des activités dans tous les sites de production en réponse à la demande croissante et nous a permis d'apporter une nourriture de bonne qualité aux familles du monde entier”, a justifié le président de la multinationale Guido Barilla.

Guido Barilla en 2016
Guido Barilla en 2016

5 CHOSES À SAVOIR SUR

Épisode 1 - Netflix
Épisode 2 - Decathlon
Épisode 3 - Ikea
Épisode 4 - Disney
Épisode 5 - Nike
Épisode 6 - Peugeot
Épisode 7 - Twitter
Épisode 8 - Lego
Épisode 9 - Spotify
Épisode 10 - YouTube
Épisode 11 - Leboncoin
Épisode 12 - McDonald’s
Épisode 13 - Playmobil
Épisode 14 - Lidl
Épisode 15 - Starbucks
Épisode 16 - Häagen-Dazs
Épisode 17 - Samsung
Épisode 18 - Ferrero
Épisode 19 - Instagram
Épisode 20 - La Poste
Épisode 21 - Coca-Cola
Épisode 22 - KFC
Episode 23 - L’Oréal
Épisode 24 - Haribo
Épisode 25 - Nestlé
Épisode 26 - Rolex
Épisode 27 - Action

Ce contenu peut également vous intéresser :