Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 797,02
    +207,86 (+0,54 %)
     
  • Nasdaq

    17 925,80
    +236,91 (+1,34 %)
     
  • Nikkei 225

    38 102,44
    -712,12 (-1,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,0737
    +0,0028 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    17 936,12
    -5,66 (-0,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 179,12
    +147,13 (+0,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 396,15
    +7,99 (+0,58 %)
     
  • S&P 500

    5 486,56
    +54,96 (+1,01 %)
     

44 ans après le meurtre d’une Américaine, il se rend au FBI et avoue son crime

Suffolk County District

Il a réussi à vivre plus de quatre décennies sans être jamais inquiété. Mais à présent, cet homme originaire de l’Oregon est derrière les barreaux. Le 11 septembre, la police du comté de Suffolk a annoncé l’arrestation de John Michael Irmer, âgé de 68 ans, qui a été écroué au centre de détention de Boston, dans le Massachusetts. Dans son communiqué, la police explique que l’homme s’est rendu lui-même au FBI afin d’avouer un meurtre vieux de 44 ans.

Il a indiqué avoir violé et tué Susan Marcia Rose, âgée de 24 ans, en 1979. Cette dernière a été retrouvée morte chez elle à Boston le 30 octobre de cette année-là. À l’époque, l’autopsie avait révélé que Susan Rose avait succombé à de nombreux coups à la tête, dont une fracture du crâne et des lacérations au cerveau. Mais jamais personne n’avait été arrêté pour ce mystérieux crime.

Jusqu’au mois dernier, lorsque le meurtrier présumé est allé dans les locaux du FBI à Portland, pour y révéler son crime. Il a raconté avoir rencontré une femme avec « des cheveux roux dans une patinoire de Boston en 1979 ». Ils se sont alors dirigés vers son immeuble, qui était à l’époque en rénovation. C’est là que Susan Rose a été tuée. John Michael Irmer a indiqué s’être emparé d’un marteau et l’avoir frappée à la tête avant de la tuer puis de la violer. Il a ensuite pris la fuite vers New York dès le lendemain.

Un homme jugé pour le crime

Les enquêteurs ont déclaré avoir prélevé des échantillons d’ADN sur John Irmer après ses aveux. Les an...


Lire la suite sur ParisMatch