La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 561,21
    -285,51 (-1,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

41 % des sociétés évitent la compensation carbone par manque de confiance malgré son rôle crucial dans la réduction des émissions — AiDash

  • 41 % des responsables du développement durable (Chief Sustainability Officers ou CSO) n’ont pas recours aux compensations carbone par manque de confiance, tandis que 43 % cherchent à obtenir des garanties auprès des agences de notation pour les faire valider

  • Le manque de cohérence dans les méthodes de certification des crédits carbone soulève des doutes quant à la précision et à la comparabilité des indicateurs de durabilité

  • Les responsables du développement durable sont freinés par l’incompatibilité des données. 89 % d’entre eux utilisent des indicateurs de performance clés pour suivre leurs progrès, alors que les trois principaux obstacles à la réalisation de l’objectif « zéro émission » sont tous liés aux données

  • Une enquête mondiale intersectorielle a été menée auprès des principaux décideurs en matière de développement durable de plus de 500 moyennes et grandes entreprises

LONDRES, January 17, 2023--(BUSINESS WIRE)--La plupart des entreprises auront du mal à atteindre leurs objectifs « zéro émission » sans recourir aux crédits carbone, sauf que le manque de confiance dans cet outil freine son acceptation et compromet les plans « zéro émission » des sociétés. Voilà l’une des conclusions frappantes d’une enquête mondiale menée auprès de plus de 500 responsables du développement durable, qui fut commanditée par AiDash, un fournisseur de premier plan de solutions de gestion de la flore et d’autres solutions d’exploitation, de maintenance et de développement durable alimentées par satellite et par IA.

L'étude Carbon Offsetting in 2023 (La compensation carbone en 2023) révèle que la durabilité et la gestion du carbone sont désormais des préoccupations courantes. En effet, 97 % des sociétés en tiennent compte dans leurs décisions d’investissement, 79 % des responsables du développement durable rendent déjà des comptes à leur conseil d’administration ou au public, 98 % vont au-delà de ce qui est légalement requis pour réduire les émissions et 56 % des sociétés se sont engagées à atteindre des objectifs zéro émission en 2030 ou même avant.

Cependant, plus de la moitié des sociétés (56 %) ne contrôlent pas directement la plupart de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) et près de la moitié (43 %) utilisent des crédits carbone pour les émissions de GES difficiles à réduire parallèlement aux actions directes. Par conséquent, plusieurs sociétés ne seront pas en mesure d'atteindre leurs objectifs de réduction nette zéro sans l'utilisation de crédits de carbone.

Malgré ce besoin critique, l'enquête a révélé un manque de confiance majeur vis-à-vis de la compensation carbone, avec 41 % des responsables du développement durable déclarant ne pas utiliser les crédits carbone en raison d'un manque de confiance. Cette situation intervient à un moment où plusieurs projets de compensation carbone se sont avérés incohérents, insuffisamment contrôlés et souvent incapables de prouver qu'ils sont fondés sur le carbone excédentaire capturé.

Un autre constat fut l’incohérence des méthodes de validation des crédits carbone. En effet, 4 % ne valident pas du tout les crédits, 35 % ne font que s’approvisionner auprès de programmes gouvernementaux ou volontaires agréés, 43 % étudient la possibilité de travailler avec des agences de notation, 35 % procèdent à leur propre validation ou à une vérification préalable par un tiers et 41 % combinent toutes ces méthodes. Ce manque d’uniformité soulève des doutes quant à la précision et la comparabilité des mesures de durabilité des sociétés.

Sachant que 89 % des responsables du développement durable confirment leur utilisation des indicateurs clés de performance pour suivre l’évolution de leurs plans de développement durable, ces indicateurs devraient être indiscutables. Cependant, les trois plus grands défis à relever pour atteindre les objectifs « zéro émission » sont tous liés aux données :

  1. Collecte de données de référence comme les facteurs d’émissions des compagnies aériennes et d’électricité régionales (26 %)

  2. Manque de cadres communs pour l’établissement de rapports (19 %)

  3. Difficulté à collecter des informations en interne (18 %)

« Plutôt que d’attendre que les gouvernements se mettent d’accord sur des cadres régionaux ou internationaux, les sociétés sont en train d'avancer toutes seules et prennent des engagements environnementaux ambitieux », déclare Abhishek Vinod Singh, PDG d’AiDash. « Leur volonté et leur engagement sont bien au rendez-vous, or ces entreprises ont cruellement besoin d’un outil organisationnel auquel elles peuvent faire confiance pour mesurer, surveiller, suivre et valider avec précision l'avancement de leurs plans de durabilité vers l'émission zéro », ajoute-t-il.

La compensation des émissions de carbone ne fut pas le seul sujet brûlant de l’enquête. Celle-ci a également révélé que les responsables du développement durable sont en train de tourner les yeux vers la biodiversité. Alors que seulement 24 % d’entre eux incluent aujourd’hui l’impact sur la biodiversité dans leurs stratégies de durabilité, 66 % ont déjà créé des postes dédiés à la biodiversité, et bon nombre d’entre eux ont l’intention d’en créer un au cours des deux prochaines années. Toutefois, en l’état actuel des choses, les anciennes approches de mesure de la biodiversité pourraient entraver les progrès réalisés.

« Les progrès des technologies satellitaires et de l’IA peuvent résoudre la plupart des problèmes que rencontrent les sociétés pour collecter, analyser et vérifier leurs données sur la durabilité », poursuit Singh. « Notre solution carbone fournit non seulement des mesures qui répondent aux normes des crédits carbone, mais également des preuves permanentes pour prouver que ces crédits sont basés sur du carbone excédentaire capturé et que le carbone reste en permanence dans le sol, ce qui est crucial pour établir des rapports GSE crédibles. En soutenant la manière dont les sociétés appliquent la compensation carbone à leurs propres terres, nous pouvons leur faire économiser jusqu’à 90 % par rapport à l’achat de leur équivalent sur un marché des crédits carbone en pleine expansion », ajoute-t-il.

« En ce qui concerne la biodiversité, notre solution permet de mesurer toute une série d’actifs environnementaux complexes, ce qui permet aux entreprises d’améliorer les indicateurs de leur capital naturel comme la pollution, les avantages récréatifs et la valeur de la production alimentaire. En analysant des milliers de sites en seulement quelques semaines, et en faisant appel à un écologiste pour vérifier les données saisies, la solution AiDash peut réduire les dépenses d’exploitation liées à la gestion de la biodiversité de jusqu’à 75 %, et ainsi aider les entreprises à se conformer à la législation en vigueur aux États-Unis, en Europe et au Royaume-Uni », ajoute-t-il.

Pour télécharger les résultats complets de l'enquête, rendez-vous sur https://www.aidash.com/resource/carbon-offsets-report-2023/

À propos d’AiDash

AiDash est une entreprise SaaS verticale axée sur l'IA qui a pour mission de transformer les activités, la maintenance et la durabilité dans les industries ayant des actifs géographiquement distribués, au moyen de satellites et de l'IA adaptés aux besoins. Grâce à l'accès à un flux continu et quasi en temps réel de données critiques, les services publics, l'énergie, l'exploitation minière et d'autres industries essentielles peuvent prendre des décisions plus éclairées et élaborer des plans à long terme optimisés, tout en réduisant les coûts, en améliorant la fiabilité et en atteignant les objectifs de durabilité. Pour en savoir plus sur la façon dont AiDash aide les industries essentielles à devenir plus résilientes, efficaces et durables, rendez-vous sur www.aidash.com.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20230117005066/fr/

Contacts

BAM pour AiDash
aidash@bamtheagency.com