La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,94 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1648
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    52 263,98
    -1 554,31 (-2,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,69 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +1,48 (+1,79 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3759
    -0,0036 (-0,26 %)
     

Plus de 400.000 personnes sont infectées chaque année par un coronavirus de type SARS-CoV-2

·2 min de lecture

Si personne n’a encore confirmé l’origine du SARS-Cov-2, il est quasiment certain que le virus provient d’un réservoir animal, et plus probablement d’une chauve-souris. Ces vingt dernières années, plusieurs virus issus de chauves-souris ont ainsi « sauté » de l’animal à l’Homme, causant des épidémies, comme le SRAS, le MERS, et bien sûr, la Covid19. Des événements, somme toute, relativement rares. À moins que…

Selon une nouvelle étude pré-publiée sur le serveur MedXriv, environ 400.000 personnes seraient infectées chaque année par un coronavirus de type SARS-CoV. Et l’on parle bien ici d’une transmission directe et non pas de tous les cas de transmission interhumaine qui peuvent éventuellement survenir après. En somme, c’est un peu comme si l'on avait 400.000 « patients zéro » de SARS-CoV-2 chaque année.

Chaque infection représente un risque potentiel que le virus s’adapte à l’humain

Sauf que, bien entendu, la plupart de ces coronavirus n’entraînent aucun symptôme ou seulement des symptômes bénins, de telle sorte que ces infections passent complètent inaperçues. Soit ils sont mal adaptés à l’humain, soit ils sont immédiatement détruits par le système immunitaire, soit ils restent cantonnés à de petites communautés. Néanmoins, chacune des 400.000 infections représente le risque que le virus s’adapte à son hôte et entraîne une épidémie, mettent en garde les chercheurs. « Il y a certainement aussi un grand nombre de maladies liées à ces coronavirus et dont on n’identifie pas la cause », avance Peter Daszak, l’auteur principal de l’étude.

Un modèle statistique et épidémiologique

Parmi les chauves-souris, 23 espèces sont connues pour être porteuses de coronavirus de type SRAS susceptibles de passer à l’Homme. Ces chauves-souris vivent pour la plupart en Asie — ce qui explique pourquoi la majorité des épidémies trouvent leur source dans cette région—, notamment dans le sud de la Chine, au Laos, au Vietnam et en Indonésie, des zones très peuplées....

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles