La bourse ferme dans 4 h 18 min
  • CAC 40

    6 651,28
    +11,76 (+0,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 151,79
    +8,27 (+0,20 %)
     
  • Dow Jones

    34 299,33
    -94,42 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,2118
    -0,0015 (-0,12 %)
     
  • Gold future

    1 856,90
    +0,50 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    32 407,14
    -853,43 (-2,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    976,35
    -34,26 (-3,39 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,23
    +0,11 (+0,15 %)
     
  • DAX

    15 720,95
    -8,57 (-0,05 %)
     
  • FTSE 100

    7 178,14
    +5,66 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    14 072,86
    -101,29 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 246,59
    -8,56 (-0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    29 291,01
    -150,29 (-0,51 %)
     
  • HANG SENG

    28 436,84
    -201,69 (-0,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,4114
    +0,0031 (+0,22 %)
     

40 ans de l'élection de Mitterrand : "Le PS n’a rien à fêter d’autre qu’un monde disparu"

·1 min de lecture

Il y a 40 ans jour pour jour, François Mitterrand était élu président de la République. Un événement considérable...

"Oui, pour la France bien sûr avec une explosion de joie de la gauche, un choc pour la droite - qui n’avait jamais perdu le pouvoir depuis l’avènement de la Ve République - mais aussi un tremblement de terre à l’étranger, en Europe et aux Etats-Unis surtout (à l’époque, François Mitterrand avait nommé des ministres communistes au gouvernement, un cas unique en Occident). Une journée historique, donc, et pour le Parti socialiste (PS), une sorte d’apogée.

Ce qui est étrange, c’est que ce quarantième anniversaire n’est absolument pas fêté à la hauteur de ce que fut cet événement : un colloque dimanche avec quelques éléphants du PS, dont François Hollande, et une table ronde ce lundi avec Olivier Faure, l’actuel numéro 1 du parti. Colloque, table ronde... Ça sent vraiment la déprime.

Pourquoi cette discrétion ?

Parce que le PS n’a rien à fêter d’autre qu’un monde disparu. Et la nostalgie, pour un parti politique, ça n’est pas très vendeur. Il y a 40 ans, la gauche unie derrière le PS faisait plus de 50% des voix ; aujourd’hui, les sondages lui promettent une perte de la moitié de ses forces à environ 25% des suffrages, un niveau historiquement bas. Et si on ne regarde que le PS, c’est pire encore : alors que François Mitterrand avait frôlé les 35% de voix lors de sa réélection, en 1988, le dernier candidat PS à une élection présidentielle, Benoît Hamon, a fait le sc...


Lire la suite sur Europe1