La bourse ferme dans 1 min
  • CAC 40

    6 558,24
    -53,26 (-0,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,10
    -40,03 (-0,97 %)
     
  • Dow Jones

    33 932,45
    -13,13 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,1950
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    1 788,80
    +11,40 (+0,64 %)
     
  • BTC-EUR

    28 094,98
    +1 666,43 (+6,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    807,05
    -3,14 (-0,39 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,66
    +0,81 (+1,11 %)
     
  • DAX

    15 476,11
    -160,22 (-1,02 %)
     
  • FTSE 100

    7 094,71
    +4,70 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    14 273,42
    +20,15 (+0,14 %)
     
  • S&P 500

    4 248,35
    +1,91 (+0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    28 874,89
    -9,24 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 817,07
    +507,31 (+1,79 %)
     
  • GBP/USD

    1,3966
    +0,0019 (+0,14 %)
     

Il y a 30 ans, Édith Cresson entrait à Matignon : "Ils se mettaient à genoux devant ma voiture pour filmer mes jambes"

·1 min de lecture

Si son passage à Matignon a duré moins d’un an, il n’en reste pas moins historique. En étant nommée le 15 mai 1991 par François Mitterrand, Édith Cresson devenait alors la première (et toujours unique) femme Premier ministre en France. Mais très vite, la socialiste deviendra impopulaire et paiera les échecs de la majorité aux élections régionales et cantonales en étant remplacée par Pierre Bérégovoy. Au micro d’Europe 1, vendredi, celle qui se fait depuis des années relativement discrète dans le débat public revient sur cette période, et insiste notamment sur le sexisme des commentaires lorsqu'elle était à la tête du gouvernement. 

>>Retrouvez le Tête-à-tête tous les jours à 7h40 sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"Ces fonctions, je ne les ai pas recherchées", assure-t-elle aujourd’hui. "J'étais extrêmement réticente parce qu'on était dans la deuxième partie du deuxième mandat, ce qui est la pire période."

Et dès son arrivée à Matignon, celle qui avait déjà été notamment ministre de l'Agriculture ou des Affaires européennes doit faire face à des violentes critiques. De la presse, mais également de la part de ses collègues. "J'ai été tout de suite extrêmement attaquée par les médias, et aussi par les hommes politiques de droite, mais pas seulement", se souvient-elle, dénonçant une "attitude hostile" de la part des commentateurs.

"C'est totalement propre à la France"

L’émission satirique culte du "Bebête show" a particulièrement nui à son image. "Ils me rep...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles