Marchés français ouverture 8 h 22 min
  • Dow Jones

    32 832,54
    +29,07 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    12 644,46
    -13,10 (-0,10 %)
     
  • Nikkei 225

    28 249,24
    +73,37 (+0,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0198
    +0,0010 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    20 045,77
    -156,17 (-0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    23 366,03
    +383,09 (+1,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    559,83
    +16,96 (+3,12 %)
     
  • S&P 500

    4 140,06
    -5,13 (-0,12 %)
     

30.000 vaches par an meurent de la « maladie des déchets » en France

·1 min de lecture

Lorsqu’elles broutent tranquillement dans les prés, nos vaches ne trouvent pas que la bonne herbe fraîche. Elle ingurgitent également tous les détritus qui se trouvent dans le champ, dont bon nombre de déchets métalliques comme des petits fils de fer de pneus usagés ou de barbelés, des morceaux de clôture tombés au sol, des vis, clous et autres canettes de boisson. Un fléau surnommé en 2019 la « maladie des déchets » par l’association écologiste Robin des Bois, qui s’inquiétait déjà du phénomène et avait alors saisi l’Anses.

L’Agence de sécurité sanitaire vient aujourd’hui de rendre un rapport montrant l’ampleur du problème. En se basant sur les données collectées dans les abattoirs, lors des autopsies et dans les exploitations, ainsi que sur les données dans la littérature scientifique, l’Anses estime qu’au moins 7 à 20 % des bovins sont concernés par l’ingestion de corps étrangers métalliques en France, soit près de 2 millions de vaches. Cette ingestion provoque la mort de 29.000 bêtes par an et entraîne la mise à l’écart de 30.000 carcasses devenues impropres à la consommation, poursuit l’agence.

Des déchets qui migrent dans tout le corps

Contrairement aux ovins, les bovins sont des ruminants incapables de trier leur nourriture, ce qui les rend particulièrement vulnérables à l’ingestion de déchets métalliques. Or, ces derniers peuvent causer de graves dommages aux animaux. « Les puissantes contractions de la panse favorisent la pénétration du corps étranger dans la paroi, décrit l’Interbev Normandie dans un document sur le sujet. Selon la nature et la forme du corps étranger, l’objet peut progresser jusqu’à la cavité abdominale, au foie, voire jusqu’au cœur (péricarde) du fait de leur proximité ».

Le corps étranger transporte aussi des micro-organismes présents dans l’estomac, ce qui va provoquer une inflammation des tissus lésés. Avec, à la fin, des péritonites aiguës et des péricardites pouvant conduire à la mort de l’animal. L’impact est aussi financier pour...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles