Marchés français ouverture 7 h 3 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 717,92
    +465,99 (+1,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 513,93
    +1 271,26 (+523,84 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

Les 3 questions que tout le monde se pose sur l'affaire Veolia-Suez

·2 min de lecture

La tentative de rapprochement entre Veolia et Suez a mis des mois avant d'aboutir à un accord de principe. Emploi, prix, périmètre, concurrence, rôle de l'Etat... éclairage sur les multiples paramètres qui ont compliqué ce dossier.

1. Pourquoi tant de complications?

Veolia dévoile vouloir racheter à Engie 29,9% des parts de Suez dès le 30 août 2020, en vue de créer un "champion" du secteur. Il faudra près de huit mois pour parvenir à un accord de principe entre les deux groupes français.

Prise de court en cette fin d'été, Suez se dit d'abord surprise par la manoeuvre.

L'entreprise liste ensuite très vite ses griefs, à commencer par un prix proposé trop bas, à 18 euros par action.

Soutenue par les syndicats, la direction de Suez a alerté également sur les conséquences sociales, estimant que près de 5.000 emplois pourraient être supprimés en France.

Suez, qui criait au démantèlement, a bataillé également sur la taille du périmètre qui resterait sous son nom à l'issue d'un éventuel rapprochement de la plus grosse partie de ses activité avec Veolia. La direction ne voulait pas d'un "mini Suez" qui n'aurait pas la taille critique.

Pour se faire entendre, Suez a multiplié les embûches judiciaires sur le chemin de son rival. Le groupe a même créé une fondation néerlandaise destinée à bloquer la cession de ses actifs Eau France.

2. Qui sont Veolia et Suez?

Autre facteur de complication ancré dans 150 ans d'histoire: les deux protagonistes possèdent chacun un long héritage et se sont construits en opposition l'un à l'autre.

Poussées avec l'essor des villes, l'ex-Compagnie générale des eaux (CGE), créée par décret impérial en 1853, et l'ex-Lyonnaise des Eaux, née en 1880, sont des produits de la Révolution industrielle.

Aujourd'hui, Veolia et Suez dominent le marché français de l'eau et des déchets, loin devant le troisième acteur privé, la Saur.

Cette situation particulière explique la dimension politique de l'affaire: les collectivités voulaient notamment s'assurer que la concurrence soit maintenue dans le pays, gage de choix et de prix contenus.

Cette question cruciale de la concurrence explique aussi pourquoi il fallait maintenir a minima une activité de Suez en France.

3. Que restera-t-il de Suez?[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi