La bourse ferme dans 2 h 22 min
  • CAC 40

    6 348,90
    -13,78 (-0,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 685,65
    -17,77 (-0,48 %)
     
  • Dow Jones

    32 196,66
    +466,36 (+1,47 %)
     
  • EUR/USD

    1,0434
    +0,0017 (+0,17 %)
     
  • Gold future

    1 807,10
    -1,10 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    28 772,54
    -439,01 (-1,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    671,88
    -9,23 (-1,35 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,32
    -0,17 (-0,15 %)
     
  • DAX

    13 937,19
    -90,74 (-0,65 %)
     
  • FTSE 100

    7 434,06
    +15,91 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    11 805,00
    +434,00 (+3,82 %)
     
  • S&P 500

    4 023,89
    +93,81 (+2,39 %)
     
  • Nikkei 225

    26 547,05
    +119,40 (+0,45 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • GBP/USD

    1,2260
    -0,0003 (-0,02 %)
     

3.600 emplois en péril à Scopelec: les contradictions d’Orange, l’étrange inertie de l’Etat

·2 min de lecture

Placé en procédure de sauvegarde depuis le 17 mars, ce sous-traitant historique d’Orange s’apprête à licencier 800 personnes. Une lourde restructuration qu’il dit ne pas pouvoir financer. En dépit de quelques concessions faites par Orange, les relations entre l’opérateur et son fournisseur restent extrêmement tendues.

Après la perte de 65% des contrats qui le liait à , soit 40% de son chiffre d'affaires (estimé à 475 millions d'euros en 2021), Scopelec, la première Scop française, prépare un licenciement économique de 800 personnes, selon des informations confirmées à l’AFP. Cette restructuration menace de couler l’entreprise et ses 3.600 emplois. "Pour être très clairs, Scopelec n’a pas de quoi payer ce PSE (plan de sauvegarde de l'emploi)", assure-t-on au sein de l'entreprise. Le sous-traitant, qui a été notifié mi-novembre de la perte de ce contrat, estime n'avoir eu aucun signe avant-coureur d'Orange sur la perte de ce volume d'affaires, et ne pas avoir eu le temps de s'y préparer. "Scopelec n’a pas été informé 18 mois avant la rupture du contrat comme le prévoit la loi dans le cadre d’une relation commerciale établie", assure la même source.

Certes, quelques efforts ont été consentis par l’opérateur : Orange a facilité le transfert de 500 salariés de Scopelec dans d’autres entreprises. Et il a formalisé "une proposition d'accompagnement (de Scopelec) à hauteur de 43 millions d'euros sur 2022 et 2023". Mais cet appui ne suffira pas à sauver Scopelec. Et il masque les nombreuses contradictions qui émaillent le discours de l’opérateur, assure-t-on côté Scopelec.

Orange est-il de bonne foi?

La bonne foi de l’opérateur était, par exemple, questionnable lors de la procédure en référé, dont Scopelec a été débouté vendredi 15 avril au tribunal de commerce de Paris. Alors que la Scop réclamait le prolongement du contrat le liant à Orange, l’opérateur a prétexté qu’il ne pouvait pas revenir en arrière : il serait lié par les contrats établis avec de nouveaux fournisseurs. En réalité, a souligné Scopelec - sans toutefois réussir à se faire entendre-, ces nouveaux contrats ne comportaient pas d’obligations de volumes : les minimums garantis concédés aux concurrents du groupe occitan, très faibles, auraient permis à Orange d’apporter à Scopelec un ballon d’oxygène sans pour autant reni[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles