La bourse ferme dans 48 min
  • CAC 40

    6 516,76
    -40,64 (-0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 738,92
    -38,46 (-1,02 %)
     
  • Dow Jones

    33 757,42
    -241,62 (-0,71 %)
     
  • EUR/USD

    1,0045
    -0,0047 (-0,46 %)
     
  • Gold future

    1 764,00
    -7,20 (-0,41 %)
     
  • BTC-EUR

    21 347,57
    -2 148,61 (-9,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    509,06
    -32,54 (-6,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,99
    +0,49 (+0,54 %)
     
  • DAX

    13 575,84
    -121,57 (-0,89 %)
     
  • FTSE 100

    7 558,06
    +16,21 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    12 734,45
    -230,89 (-1,78 %)
     
  • S&P 500

    4 236,65
    -47,09 (-1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1810
    -0,0123 (-1,03 %)
     

Les 27 s'accordent sur la baisse des consommations d'énergie

STEPHANE MAHE

Les ministres de l'Energie de l'UE s'engagent sur une réduction de la consommation finale maximale des ménages, des entreprises et des bâtiments plus forte que celle qui était prévue dans le scénario de référence de 2007.

Les Etats de l'UE se sont mis d'accord lundi sur un texte les contraignant à réduire leur consommation énergétique, en dépit d'inquiétudes de certains sur des objectifs jugés excessifs ou d'un assouplissement réclamé par Madrid au grand dam de Berlin. Réunis au Luxembourg, les ministres européens de l'Energie ont arrêté leur position commune, reprenant les objectifs maximaux de consommation d'énergie qu'avait proposés Bruxelles en juillet 2021. Des négociations devront désormais s'engager avec les eurodéputés. Dans le cadre de , la Commission européenne fixait une réduction de consommation d'énergie de l'UE d'au moins 9% d'ici 2030 par rapport à 2020.

Consommation maximale de 787

L'objectif correspond à une consommation finale (des ménages, entreprises, bâtiments...) maximale de 787 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) par an, en baisse de 36% par rapport aux projections pour 2030 d'un "scénario de référence" établi en 2007. Chaque pays devra établir des contributions nationales "indicatives" selon ses spécificités (intensité énergétique, PIB...), que la Commission examinera et corrigera si l'objectif à l'échelle de l'UE n'est pas respecté. Le texte impose aussi la rénovation d'au moins 3% chaque année de la surface totale des bâtiments publics, et la transparence sur la consommation des centres de données, très énergivores.

Madrid en retrait, Berlin volontariste

Le compromis, approuvé avec "un large soutien", "offre des flexibilités nécessaires tout en maintenant l'ambition globale", a souligné la ministre française de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, dont le pays occupe la présidence tournante de l'UE. A la demande tardive de l'Espagne, le texte propose de rendre "indicatif", et non plus obligatoire, l'objectif de consommation primaire proposé par Bruxelles (qui inclut la consommation d'énergie pour la production et distribution d'électricité), soit 1.023 Mtep en 2030, en baisse de 39% par rapport au scénario de 2007.

Cela pourrait enc[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles