La bourse ferme dans 8 h 2 min
  • CAC 40

    6 535,49
    +7,17 (+0,11 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 757,54
    +1,48 (+0,04 %)
     
  • Dow Jones

    33 980,32
    -171,69 (-0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,0160
    -0,0021 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 775,70
    -1,00 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    23 040,65
    -1 083,36 (-4,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    556,31
    -16,50 (-2,88 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,88
    -0,23 (-0,26 %)
     
  • DAX

    13 676,16
    +49,45 (+0,36 %)
     
  • FTSE 100

    7 503,09
    -12,66 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    12 938,12
    -164,43 (-1,25 %)
     
  • S&P 500

    4 274,04
    -31,16 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 942,14
    -280,63 (-0,96 %)
     
  • HANG SENG

    19 707,32
    -215,13 (-1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,2020
    -0,0032 (-0,26 %)
     

2026: Les antitrust gagnent la bataille contre les GAFAM

© Ngan/Pool/Reuters

SCENARIOS DE RUPTURE (24/35) - Les partisans de la loi antitrust ont obtenu la dislocation des géants de la tech, qui se fait de manière prudente.

Cet été, Challenges vous propose un bond dans un futur imaginaire. Nous publions, dans le cadre de notre série sur les scénarios de rupture, des projections, en version résumée rééditée, réalisées par la , une équipe d'auteurs de science-fiction réunie par l'Agence d'innovation de la défense. Sa mission: publier deux scénarios par an pour confronter les armées à des scénarios extrêmes. Mais aussi des scénarios imaginés par nos soins. Comme celui-ci, de notre correspondant à New-York, Philippe Boulet-Gercourt. Bonne lecture.

Un miracle? Peut-être, mais ce n'est quand même pas comme si les signes avant-coureurs n'étaient apparus il y a bien longtemps. Souvenez-vous des années Biden. en promettant de s'en prendre aux monopoles en général et aux géants de la tech, en particulier. Après un demi-siècle de sommeil profond, s'était réveillée. Des citations de Franklin Roosevelt étaient dépoussiérées, certains se prenaient même à rêver de démanteler les géants, comme Standard Oil en 1911 et AT&T en 1982.

Le fait nouveau, après des décennies de propositions de lois mort-nées, dézinguées par les dollars des lobbyistes et le réflexe pro-business pavlovien des républicains, était la grogne chez ces mêmes républicains. Les géants de la tech censuraient les voix conservatrices, accusaient-ils - à tort. Mais le malaise était plus profond: ceux que l'on appelait en Europe les Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) . "Certaines de ces sociétés sont des pays, pas des entreprises", avait lâché en janvier 2022 le très conservateur sénateur de Louisiane, John Kennedy.

Armada en déroute

Tout cela paraît si lointain, dix ans plus tard. Le paysage a changé depuis la Grande crise de 2026. Mais c'est pourtant en ce mois de janvier 2022 que la terre a commencé à trembler, sous le pied des Gafam. Au Sénat, une proposition de loi a fait son chemin dans les méandres des commissions, à la grande surprise des géants de la tech, qui pensaient pouvoir l'écraser comme une mouche. A l'[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles