La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 689,36
    +449,37 (+2,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

2023: La France en déclin, vraiment?

POOL/AFP - Ludovic MARIN

EDITORIAL. Dans ses voeux pour 2023, le directeur des publications du Figaro se désole du déclin de la France après une année 2022 pourtant prometteuse. Lui aussi semble contaminé par le déclinisme français ambiant, selon notre éditorialiste.

Pire que le coronavirus. Plus ravageur que la grippe. Le déclinisme contamine jusqu'aux meilleurs esprits. Dernière victime de cette épidémie: Alexis Brézet, directeur des rédactions du Figaro. Le lointain successeur d'Alain Peyrefitte et de Jean d'Ormesson, référence du conservatisme convenable, celui qui prend soin de mettre les patins avant de s'aventurer sur les parquets de l'Elysée.

Voilà que, selon cet apôtre des tristesses contemporaines, "tout se détraque, tout se délabre, tout se déglingue". Il n'y aurait plus d'espoir devant cette "déconfiture".

Sa marmelade de malheur écrite en guise de vœux réjouira à coup sûr les extrêmes, adeptes et propagateurs intéressés du chaos. Le renfort de l'élite bourgeoise, quel cadeau pour les populistes. Si les plumes figaresques écrivent comme les nihilistes dépressifs d'Extinction Rebellion barbouillent l'hôtel Matignon, c'est que vraiment tout fout le camp.

On verrait bien Alexis Brézet et la cohorte des éplorés malades de l'âme entonner cette fameuse chanson d'autrefois: "J'ai la rate qui se dilate, j'ai le foie qui est pas droit, j'ai le ventre qui se rentre (…) Ah bon Dieu que c'est embêtant d'être toujours patraque!" Chez Brézet, pour reprendre les termes des couplets, ce n'est pas "le nombril qui est en vrille", mais le nucléaire; pas "le sternum qui se dégomme", mais l'économie; ce n'est pas "le coccyx qui se dévisse", mais l'éducation; et puis l'industrie qui part en sucette, l'insécurité qui flageole. La France foutrait donc le camp de partout, et d'abord de la caisse, qui crame, pour reprendre l'expression de la candidate Valérie Pécresse. Car du cœur, notre oiseau de déchéance ne parle pas…

"Quoi qu'il en coûte"

C'est qu'on est décliniste de droite, voyez-vous! Le décliniste de gauche, lui, mettra en avant les injustices, le logement, le réchauffement climatique. Il pleure les atteintes, graves, au modèle français de liberté, d'égalité et de fraternité. Si l'on peut être tenté d'enchaîner ainsi la mélopée - avan[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi