La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0801
    -0,0110 (-1,00 %)
     
  • Gold future

    1 877,90
    -52,90 (-2,74 %)
     
  • BTC-EUR

    21 641,85
    -571,80 (-2,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,57
    -1,29 (-0,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,27
    -2,61 (-3,44 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2057
    -0,0172 (-1,41 %)
     

"2022 s'est avéré très difficile" : le patron de Gazprom évoque les pertes liées à la guerre en Ukraine

REUTERS PHOTOGRAPHER

Après une année marquée par des sanctions internationales à répétition, le patron du géant gazier russe Gazprom reconnaît une année "très difficile" pour son groupe.

Les sanctions occidentales vis-à-vis de la Russie commencent à porter leurs fruits. Le patron du géant gazier russe Gazprom, Alexeï Miller, a reconnu mercredi une année 2022 "très difficile" pour son groupe, marquée par un changement de stratégie important, les exportations se tournant vers l'Asie en pleine crise entre Moscou et les Occidentaux. "Je tiens à souligner tout de suite que 2022, bien sûr, s'est avéré très, très difficile", a déclaré M. Miller lors d'une conférence de presse téléphonique de fin d'année.

Le patron de Gazprom a dit noter "des changements radicaux sur les marchés de l'énergie", entraînés par les conséquences des sanctions internationales contre Moscou en représailles de son intervention militaire chez son voisin ukrainien.

Lire aussi"Ça n'a pas de signification pratique" : Berlin ne donne pas cher de l'interdiction des ventes du pétrole russe à l'UE

Sanctions internationales

En 2021, la Russie était, via Gazprom, le premier exportateur mondial de gaz et le premier fournisseur de gaz de l'Union européenne, mais les 27 pays membres de l'UE ont depuis largement réduit leurs importations, à hauteur de moins de 10% de tout leur gaz importé, selon Bruxelles. Sur l'ensemble de l'année 2022, Gazprom, détenu majoritairement par l'Etat russe, "a extrait 412,6 milliards de mètres cubes de gaz", dont un peu plus de 100 milliards de m3 destinés à l'export, a indiqué M. Miller. C'est un niveau plus faible qu'en 2021.

Dans un communiqué publié le 1er décembre, Gazprom avait annoncé avoir extrait "376,9 milliards de m3 de gaz" entre janvier et novembre 2022, soit près de 20% de moins que sur la même période de l'année précédente. Les exportations vers les pays hors-CEI (la Communauté des Etats indépendants, qui rassemble plusieurs pays de l'ex-URSS) avaient même baissé de 44,5% par rapport à la même période en 2021, à 95,2 milliards de m3.

Déviation vers la Chine

M. Miller, dans son discours, s'est par ailleurs réjoui mercredi de l'inauguration le 21 décem[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi