La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    41 691,77
    +312,84 (+0,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

En 2020, le chômage a augmenté de 7,5%, selon la Dares

·2 min de lecture

Le nombre de chômeurs (catégorie A) a enregistré une forte hausse en 2020 (+7,5%), avec 265.400 inscrits supplémentaires au 4e trimestre 2020 par rapport au 4e trimestre 2019, selon les chiffres publiés mercredi par la Dares.

Le nombre de chômeurs (catégorie A) a enregistré une forte hausse en 2020 (+7,5%), avec 265.400 inscrits supplémentaires au 4e trimestre 2020 par rapport au 4e trimestre 2019, selon les chiffres publiés mercredi par la Dares. Au quatrième trimestre, le nombre de chômeurs en France (hors Mayotte) a diminué de 2,7% par rapport au trimestre précédent pour s'établir à 3,816 millions, selon le service statistique du ministère du Travail. L'effectif des catégories A, B, et C incluant les demandeurs d'emploi en activité réduite atteint 6 millions, en baisse de 1,3% au 4e trimestre, mais en hausse de 4,5% sur un an.

Un 4ème trimestre meilleur que le 3ème

La baisse au 4e trimestre et celle plus forte au 3e (-11%), qui s'expliquait avant tout par des bascules de chômeurs ayant repris une activité réduite (catégories B et C), n'ont pas permis de rattraper la hausse historique au deuxième trimestre due au confinement pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 (+815.500, soit +24,5%). Au dernier trimestre, malgré le deuxième confinement, il n'y a pas eu d'afflux de demandeurs d'emploi. L'activité a été moins réduite que lors du premier confinement et le chômage partiel a joué son rôle de bouclier. En novembre, 3,1 millions de salariés ont ainsi été en chômage partiel et 2,4 millions en décembre, selon la Dares. Sur ce seul mois de décembre, le chômage a été stable (+0%).

Dans l'attente des plans sociaux

Ces chiffres ne tiennent pas compte de la forte augmentation des licenciements économiques attendue après la multiplication des annonces de , , , Nokia, Célio, Auchan, , … La liste des grosses entreprises qui décident de licencier s’allonge jour après jour, ce qui fait craindre le pire pour 2021. En effet, il y a toujours décalage de plusieurs mois entre la décision et la mise en œuvre effective d’un PSE.

(avec AFP)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi