Marchés français ouverture 8 h 14 min
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,67 (+0,23 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,04 (-0,50 %)
     
  • Nikkei 225

    28 175,87
    +243,67 (+0,87 %)
     
  • EUR/USD

    1,0175
    -0,0075 (-0,73 %)
     
  • HANG SENG

    20 201,94
    +27,94 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    22 856,67
    -92,73 (-0,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    533,20
    -2,02 (-0,38 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     

2 milliards d'euros d'impayés dans les copropriétés

D'un montant total de 2 milliards d'euros l'année dernière, les impayés concernent 90% des copropriétés du territoire, dont l'écrasante majorité se situe à Paris.

Qu'il s'agisse de phobie administrative, d'un simple oubli ou de réelles difficultés à boucler les fins de mois de la part des propriétaires, les copropriétés ont accumulé une dette de 2 milliards d'euros, selon Bellman, un syndic digitalisé créé par deux ingénieurs, Antonio Pinto et Jonathan Ratier, en 2019. Tous deux ont épluché les déclarations faites en 2021 auprès du registre national des copropriétés tenu par l'Anah (Agence nationale de l'habitat) par les copropriétés de dix lots principaux minimum, soit 196.194 d'entre elles. L'an dernier, 90% des copropriétés étaient concernées par des impayés, dont le taux moyen s'élevait à 20% des charges courantes, hors travaux. Toutefois, "16% des copropriétés représentent à elles seules plus d'1 milliard d'euros de dettes, soit les deux tiers des impayés en France", souligne Antonio Pinto.

Les copropriétés parisiennes les plus endettées

Certains départements sont particulièrement concernés: 42% des copropriétés dans les Outre-Mer sont en difficulté, devant la Seine-Saint-Denis (31%), la Corse (27%), Paris (24%) et les Bouches-du-Rhône (23%). Le cas de la capitale est assez étonnant: "Paris concentre à elle seule 328 millions d'euros de dettes, soit près du double des dix plus grandes villes réunies", calcule l'ingénieur. Loin devant les 40 millions d'euros dus à Nice, 39 millions à Marseille, 21,5 millions à Lyon, 15 millions à Toulouse ou 10 millions à Nantes. Autre problème: les retards de paiement. En moyenne, la Corse comptabilise plus d'une année de retard (14 mois), suivie par les Alpes-Maritimes (14 mois), tandis que la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et les Outre-Mer cumulent deux trimestres de retard. pourraient encore amplifier ce phénomène.

29859_1744739_k2_k1_4010085.jpg
29859_1744739_k2_k1_4010085.jpg

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles