La bourse est fermée

Les 17 programmes spatiaux sur lesquels l'Europe va travailler dans les 5 ans à venir

Chisato Goya

Sentinel-4. ESA/P. Carril

A l'occasion de sa réunion ministérielle qui s'est tenue les 27 et 28 novembre 2019 à Séville (Espagne), l'Agence spatiale européenne (ESA) a voté un budget record de 14,4 milliards d'euros pour financer ses programmes spatiaux pour les cinq années à venir. Cette somme, légèrement supérieure aux 14,3 milliards d'euros initialement proposés par l'ESA à ses États membres, constitue un record depuis la fondation de l'organisation intergouvernementale en 1975. C'est l'Allemagne qui a mis le plus d'argent sur la table, avec 3,294 milliards d'euros, suivie de la France (2,664 milliards d'euros) et de l'Italie (2,282 milliards d'euros).

A titre de comparaison, la NASA, l'agence spatiale américaine, dispose d'un budget 21,5 milliards de dollars rien que pour l'année fiscale 2020. La Chine, quant à elle, consacrerait environ 6 milliards de dollars par an au spatial. Ce nouveau budget européen devrait suffire pour financer tous les programmes spatiaux développés par l'ESA, a assuré le DG de l'agence européenne, Johann-Dietrich Wörner, à l'issue de cette grande messe. "Il n'y a pas un seul programme que nous avons dû arrêter, comme la dernière fois", a-t-il indiqué, en évoquant la précédente réunion ministérielle de 2016 lorsque l'ESA n'avait pas réussi à obtenir le financement d'une mission sur les astéroïdes.

Dans le détail, certains domaines ont reçu plus de fonds que d'autres, à commencer par l'observation de la Terre, les transports, l'exploration humaine et robotique ou encore les télécommunications, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous. "Les États membres ont été invités à approuver un ensemble complet de programmes visant à garantir l'accès indépendant de l'Europe à l'espace et son utilisation dans les années 2020, à stimuler l'économie spatiale européenne en pleine croissance et à faire des découvertes…

>> LIRE LA SUITE SUR BUSINESS INSIDER

Lire aussi : Cette animation montre que la Lune n'a pas vraiment de côté obscur

Aussi sur Business Insider