La bourse ferme dans 5 h 17 min
  • CAC 40

    6 727,35
    -6,34 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 190,27
    +1,46 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,92 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1627
    -0,0019 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 800,70
    +4,40 (+0,24 %)
     
  • BTC-EUR

    53 928,13
    +1 201,80 (+2,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,70 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,38
    +0,62 (+0,74 %)
     
  • DAX

    15 579,33
    +36,35 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 237,59
    +33,04 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 600,41
    -204,44 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    26 132,03
    +5,10 (+0,02 %)
     
  • GBP/USD

    1,3758
    -0,0002 (-0,01 %)
     

Plus de 10.000 postes à pourvoir : ce secteur peine aussi à séduire

·1 min de lecture

Ils ont de quoi s'arracher les cheveux. De nombreux professionnels de la coiffure déplorent un criant manque de main-d'œuvre depuis la crise sanitaire liée à la Covid-19, rapporte France Bleu. Malgré les offres, de nombreux salons se retrouvent parfois dans une impasse. Ainsi, selon l'Union nationale des entreprises de coiffure (Unec), "10.000 à 12.000 collaborateurs" sont recherchés dans toute la France. "Nous avons de très, très grosses difficultés de recrutement", avoue son président, Christophe Doré.

Et les causes sont multiples. D'une part, le nombre d'apprentis a baissé considérablement ces dernières années. Moins d'apprentis, donc une main-d'œuvre moins disponible. D’autre part, comme dans le secteur de la restauration, de nombreux employés estiment désormais que les charges de travail sont parfois trop lourdes, que ce soit sur le plan physique ou en matière d’amplitudes horaires. Un constat que partage Céline Lainé, gérante d'un salon à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). "Depuis la Covid, il y a énormément de reconversions", concède-t-elle.

>> A lire aussi - Les coiffeurs ont désormais leur coworking

Au micro de France Bleu, Céline Lainé raconte que sa dernière salariée est partie à la fin de l'été en lui confiant qu'elle avait "trop mal aux bras, trop mal au dos", déplorant par ailleurs le travail "physique" ou des "allergies" qui peuvent provoquer des problèmes de santé. Résultat, depuis son départ, elle est toute seule dans son salon et ne parvient pas à recruter, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Chômage : les prévisions (très) optimistes de l’Insee pour fin 2021
Salaire : les recruteurs généreux avec les bons candidats à l’embauche
Hôtellerie-restauration : les propositions du syndicat patronal pour "mettre fin à la pénurie" de salariés
Heures supplémentaires : cette décision lourde de conséquences de la Cour de cassation
Télétravail : 7 villages de France où s'installer

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles