La bourse ferme dans 4 min
  • CAC 40

    6 625,62
    +24,96 (+0,38 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 139,35
    +12,65 (+0,31 %)
     
  • Dow Jones

    34 265,83
    -213,77 (-0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,2129
    +0,0022 (+0,18 %)
     
  • Gold future

    1 866,20
    -13,40 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    33 576,64
    +3 769,43 (+12,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 010,87
    +42,03 (+4,34 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,57
    +0,66 (+0,93 %)
     
  • DAX

    15 712,10
    +18,83 (+0,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 165,66
    +31,60 (+0,44 %)
     
  • Nasdaq

    14 107,61
    +38,19 (+0,27 %)
     
  • S&P 500

    4 237,04
    -10,40 (-0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    29 161,80
    +213,07 (+0,74 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4113
    -0,0004 (-0,03 %)
     

1 milliard d'euros de pertes pour Ryanair

·2 min de lecture

Durement frappée par la pandémie, la compagnie aérienne irlandaise Ryanair a plongé dans le rouge lors de son exercice décalé, en raison d'un effondrement du trafic aérien combiné à de mauvais paris de couverture sur le kérosène, mais se dit optimiste sur la reprise.

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair enregistre un perte hors éléments exceptionnels de 815 millions d'euros pour l'exercice terminé le 31 mars, comme anticipé lors d'annonces début avril, contre un bénéfice de plus d'un milliard d'euros sur l'exercice précédent. En incluant les éléments exceptionnels et les pertes liées aux positions de couverture sur kérosène, la perte monte à 1 milliard d'euros.

Le chiffre d'affaires du transporteur à bas coûts a quant à lui chuté de 81% à 1,64 milliard d'euros sur un an, d'après un communiqué. "L'année 2020/2021 a été la plus difficile des 35 années d'existence de Ryanair. , de 149 millions de passagers à juste 27,5 millions, nombre de gouvernements européens (...) ayant imposé des interdictions ou restrictions de vols et des confinements nationaux", commente la compagnie.

Lire aussi

3.000 emplois supprimés

Le groupe, qui a supprimé quelque 3.000 emplois soit 15% de ses effectifs pour réduire ses coûts, rappelle que plusieurs compagnies européennes ont succombé face au choc économique de la pandémie à l'instar de Flybe, Level ou Germanwings. Il s'attend à ce que "la capacité intra-européenne de voyage aérien reste largement plus faible" dans les années à venir, ce qui peut créer des opportunités pour lui.

"Nous sommes encouragés par la récente mise à disposition de plusieurs vaccins contre le Covid-19 et espérons que leur déploiement va faciliter la reprise du trafic aérien intra-européen et du tourisme cet été. Si comme c'est pour l'instant prévu la plupart des Européens sont vaccinés d'ici septembre, nous pensons que nous pouvons espérer une forte reprise (...) au deuxième semestre de l'année en cours", poursuit Ryanair.

Le groupe s'attend pour l'instant à ce que le nombre de passagers transportés sur l'année se situe "dans le bas de notre fourchette de prévision de 80 à 120 millions" de personnes et estime que le scénario "probable pour l'année entière 2021/2022 est d'approcher l'équilibre financier".

Restrictions sanit[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi