La bourse ferme dans 3 h 38 min

1% des plus riches ont récupéré 82% de la richesse créée dans le monde

Getty / Illustration

L’ONG Oxfam, qui publie cette étude, y voit “un symptôme de l’échec du système économique” mondial.

L’an dernier, 82% de la richesse créée dans le monde a été accaparée par les 1% les plus riches. Une inégalité criante, dénoncée par l’ONG Oxfam dans son dernier rapport, intitulé “Récompenser le travail, pas la richesse“.

Un rapport dévoilé la veille de l’ouverture du World Economic Forum (WEF) à Davos en Suisse. Autre chiffre marquant dévoilé par l’ONG, 3,7 milliards de personnes, soit 50% de la population mondiale, n’a pas touché le moindre bénéfice de la croissance mondiale l’an dernier.

“Symptôme de l’échec du système économique”

La directrice d’Oxfam estime que “le boom des milliardaires n’est pas le signe d’une économie prospère, mais un symptôme de l’échec du système économique”, a expliqué Winnie Byanyima.

Depuis 2010, la richesse des 1% les plus riches a augmenté en moyenne de 13% par année, a précisé Oxfam, avec un pic atteint entre mars 2016 et mars 2017, période où “s’est produit la plus grande augmentation de l’histoire en nombre de personnes dont la fortune dépasse le milliard de dollars, au rythme de 9 nouveaux milliardaires par an”, détaille le rapport.

9 nouveaux milliardaires sur 10 sont des hommes

Dans le viseur de l’ONG, les produits “pas chers” et les inégalités homme femme. “On exploite les personnes qui fabriquent nos vêtements, qui assemblent nos téléphones portables et cultivent les aliments que nous mangeons, afin de garantir un approvisionnement constant en produits pas chers, mais aussi pour grossir les profits des entreprises et leurs riches investisseurs”, a dénoncé la directrice d’Oxfam.

Selon le rapport de l’ONG, sur 10 nouveaux milliardaires, 9 sont des hommes, alors que “dans le monde entier, les femmes gagnent moins que les hommes et elles sont sur-représentées dans les emplois les moins bien payés et les plus précaires”.

A LIRE AUSSI>> Les inégalités de salaire homme / femme persistent