La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 346,46
    +403,03 (+2,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Plus de 1.000 personnes assignent Renault et Nissan pour un moteur défectueux

Renault va-t-il au-devant d'ennuis judiciaires ? Comme Capital le relayait déjà depuis le mois de janvier, et ensuite fin mai, des consommateurs avaient lancé une action collective puis un ultimatum au constructeur à cause de moteurs défectueux sur leurs véhicules. Mais leur avocat va plus loin, selon Boursorama, puisque Me Christophe Lèguevaques a confirmé avoir assigné en justice en France Renault et Nissan. Portant la voix de 1.100 plaignants, il explique qu'il "s'agit juste d'un référé probatoire", et que "l'objectif n'est pas encore l'indemnisation, mais la recherche de preuves". Selon lui, les deux constructeurs connaissaient les risques et auraient dû "rappeler les véhicules".

Fin mai, l'avocat avait écrit à Renault en lui lançant un ultimatum. Il rappelait les plaintes des propriétaires de véhicules qui avaient eu des problèmes sur des moteurs 1.2 TCe montés sur plus de 400.000 véhicules entre 2012 et 2016. De nombreux modèles étaient concernés, comme des Clio 4, Mégane 3, Kadjar et Kangoo 2 chez Renault, Duster, Dokker et Lodgy chez Dacia, Juke et Qashqai 2 chez Nissan, et même Citan chez Mercedes. Leurs récriminations : une surconsommation d'huile, précédant une perte de puissance et parfois une casse moteur. Si Renault a reconnu le problème, pour le constructeur, il n'y avait en aucun cas de problèmes de sécurité, ce que nient les propriétaires.

Lors de son ultimatum, Me Christophe Lèguevaques avait proposé deux solutions à Renault : "la résolution amiable du litige" (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Mégane E-Tech : que vaut la grande sœur de la Renault Zoe ?
Stellantis va présenter deux nouveaux modèles, la Peugeot 408 et la Citroën C4X
Le prix de l'essence baisse légèrement, celui du gazole encore en hausse
Voici les villes où le stationnement coûte le plus cher
Comment l’Agence automobilière révolutionne la vente de voitures

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles