La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0054 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 505,97
    +175,96 (+1,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3313
    -0,0044 (-0,33 %)
     

"Être plus proche de la réalité du risque" : un reconfinement adapté pour sauver l'économie ?

·1 min de lecture

Les indicateurs de l'épidémie de Covid-19 se dégradent en France. Selon les chiffres publiés lundi par Santé Publique France, 26.771 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures et 357 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation. Deux Conseils de défense, mardi et mercredi, devraient aboutir à de nouvelles mesures de restriction. Si l'hypothèse d'un reconfinement est sur la table, certains prônent pour un dispositif "éco-compatible", différent de celui instauré en mars dernier. C'est le cas du professeur Jean-Jacques Zambrowski, médecin en médecine interne à l'Hôpital Bichat, économiste de la santé à l’université Paris-Descartes, qui explique ce concept sur Europe 1.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

S'adapter aux territoires

"L'idée, c'est de ne pas adopter un confinement systématique qui ressemble à celui connu il y a quelques mois. Mais être plus près de la réalité de chacun des territoires", décrypte le professeur. "Etre plus attentif au réel mode de vie de chacun dans les différents territoires, déléguer davantage d'autorité aux responsables locaux, c’est-à-dire les ARS, les maires, en collaboration avec les agences de santé et les préfets, de manière à être plus proche de la réalité du risque."

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 27 octobre

Il prend ainsi l'exemple de régions peu peuplées classées en alerte maximum en raison de faible capacité de lits de réanimation, suffisante en temps normal, qui ...


Lire la suite sur Europe1